Fès : L’eau potable change de goût

L’altération du goût de l’eau potable distribuée dans certains quartiers de la ville de Fès n’a aucune incidence sur la santé du consommateur, a indiqué l’Office national de l’eau potable (ONEP).
«L’apparition d’un seuil de goût, suite à la dégradation de la qualité des eaux brutes dues aux crues de l’oued Sebou, est sans aucune incidence sur la santé du consommateur», indique un communiqué de l’ONEP, transmis lundi à la MAP, précisant que la qualité des eaux produites par la station de traitement est conforme à la norme marocaine relative à la qualité des eaux d’alimentation humaine.
Les dernières crues qu’a connues l’oued Sebou ont engendré un changement de la qualité gustative de l’eau produite par la station de traitement alimentant en eau potable la ville de Fès, a relevé la même source, ajoutant que les mesures prises par les services compétents de l’Office et la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité de Fès (RADEEF) ont permis d’améliorer la qualité des eaux distribuées.
 Les faibles précipitations qu’a connues le Maroc, cette année, peuvent être à l’origine de l’apparition d’altération du goût au niveau des eaux brutes prélevées à partir des retenues de barrages ou de certains cours d’eau en période estivale pour produire de l’eau potable.
 Selon la même source, les retenues de barrages peuvent présenter, pendant la période chaude, des indices de dégradation de la qualité d’eau à cause de la présence de matières organiques et du développement important des algues dû à l’élévation de la température de l’eau, favorisant l’apparition de goût et d’odeur au niveau de l’eau brute.
 L’ONEP, souligne le communiqué, a recours à l’augmentation des doses habituelles de produits de traitement et à l’usage de produits spécifiques comme le charbon actif importé et onéreux pour améliorer le goût et l’odeur de l’eau produite.
Concernant les retenues de barrages, l’Office entreprend également des actions visant la restauration de la qualité des eaux, notamment la recherche du niveau de prise d’eau où la qualité est optimale, l’aération artificielle des eaux et l’introduction de poissons consommateurs d’algues. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *