Fès : Un Observatoire pour la bonne gouvernance

Fès : Un Observatoire pour la bonne gouvernance

En partenariat avec la délégation de la Commission européenne à Rabat, l’Union des associations et des amicales de l’ancienne médina de Fès a procédé, mercredi dernier, au lancement d’un Observatoire de la bonne gouvernance au cœur de l’ancienne médina de Fès.
La nouvelle institution, dont le lancement coincide avec la célébration de la Journée mondiale des droits de l’Homme, s’est fixé pour objectifs de cultiver les valeurs de la bonne gouvernance au sein des associations et des institutions publiques de la médina de Fès, de favoriser la participation à la gestion de la chose publique locale et de vulgariser la culture des droits de l’Homme et de la citoyenneté.
Cet observatoire se veut un espace de concertation entre les acteurs du développement local, un trait d’union entre les institutions publiques et la population et une plate-forme de promotion de la culture de la transparence.
Le projet, dont les travaux ont démarré en janvier 2007, est basé sur deux axes principaux. D’abord,  la mise en place des outils de communication pour les associations à travers la mise en réseau informatique des associations de l’Union. Ensuite, l’ouverture d’un Observatoire pour la bonne gouvernance dans la médina de Fès.
Dans ce contexte, un site web a été financé par la délégation de la Commission européenne au Maroc (Rabat) consacré à cette union. Une page  de ce site consacrée à l’observatoire a pour but l’amélioration de la communication. Une initiative qui s’inscrit dans le cadre du  programme de subvention dans le cadre de l’Initiative européenne pour la démocratie et les droits de l’Homme (IEDDH).
A signaler  que  la réalisation de ce projet s’inscrit dans le cadre du projet «les Portails de Fès Médina», qui vise à renforcer les capacités de communication interne et externe de l’Union et de ses associations pour instaurer un espace d’observation et de concertation entre les acteurs du développement local de la médina de Fès.
Selon Enrique Olmos, chargé de la coopération et premier conseiller à la délégation de la Commission européenne à Rabat,  le programme 2007-2010 vise deux nouvelles actions devant  soutenir les réformes au niveau de la justice (en particulier l’administration pénitentiaire) et appuyer les recommandations de l’IER. «Cette fois,  il s’agit d’un appui à la création d’institutions destinées à préserver la mémoire et la mise en place de politiques y afférentes, ainsi que la promotion d’une politique moderne de la gestion des archives publiques», a-t-il souligné.
Après avoir salué le lancement de cet observatoire, Bouchaib Doulkifal, du Conseil consultatif des droits de l’Homme, a exprimé la disposition du CCDH à la contribution dans la réussite et la continuité de cette institution tout en invitant les membres de l’Union des associations et des amicales de Fès Médina pour recevoir des formations offertes par le centre de documentation, d’information et de formation relevant du conseil.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *