Fès : Une stratégie pour promouvoir le secteur de l’artisanat

La ville de Fès compte 50.000 artisans, soit 15% de sa population active, répartis sur 205 métiers. Classée patrimoine mondial par l’UNESCO, la capitale de l’artisanat au Maroc voit son potentiel s’enrichir avec l’ouverture de plusieurs chantiers structurants.
Le contrat-programme de la vision 2015 pour le développement de l’artisanat contient ainsi une toute nouvelle stratégie de développement du secteur. La stratégie, qui a pour objectif la création de postes de travail supplémentaires, s’est basée sur trois axes principaux, à savoir le déplacement des activités polluantes, la réhabilitation des fondouks et la mise à niveau des tanneries.
Pour la première mesure, deux zones ont ainsi été créées. Il s’agit de la zone des potiers de Ben Jellik où seront transférés 160 artisans et de celle des dinandiers de Ain Nokbi où seront déplacés près de 700 artisans.
Le deuxième volet de cette stratégie comprend la transformation des fondouks en des espaces de finition, d’exposition et de vente des produits de l’artisanat. Cette opération concerne spécialement quatre sites : Sbetryene, El Berka, Staouniyene et Chemmaîne.
Quant à la mise à niveau des tanneries, le programme a prévu la restauration du site Chouara, l’un des plus célèbres sites de tanneries à Fès. Le programme prévoit par ailleurs l’accompagnement des artisans, la création de nouveaux réseaux de distribution, l’appui aux instituts de formation spécialisés dans cette branche ainsi que la coopération avec des organismes internationaux pour la création de nouvelles marques marocaines.
Le nouveau concept de « Safe House » vise par ailleurs à faciliter les transactions entre les artisans et les touristes. Ces derniers pourront choisir un produit artisanal qui lui sera expédié par voie postale. Un double objectif pour ce projet: améliorer les revenus des artisans à travers une logique de facilitation de la commercialisation aux artisans urbains pour pallier l’ensemble des handicaps perçus par les touristes à l’achat et au cours des différentes transactions. En outre, le Millenium Challenge Account (institution gouvernementale des Etats-Unis chargée d’appuyer les politiques socioéconomiques mises en œuvre par les pays déclarés éligibles au financement) a fait un effort louable dans cette démarche pour revivifier l’artisanat à Fès. Cet organisme couvrira ainsi la mise à niveau et la reconstruction de certains sites historiques de la médina de Fès. En outre, les artisans pourront désormais bénéficier de prêts bancaires et de microcrédits. Le premier objectif de cette contribution est d’accroître les ventes des produits d’artisanat et d’améliorer les services financiers offerts aux entreprises. A noter que la contribution du Millenium Challenge Account est de 111,87 millions de dollars.
Rappelons que la ville de Fès a connu récemment la tenue du premier congrès de l’Union arabe de l’artisanat et des métiers de l’art et qui a réuni un grand nombre de représentants du secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *