Festival de la jeunesse : Neuf troupes en lice

La cité ismaïlienne a abrité du 2 au 4 mars 2007 la quatrième édition du Festival régional du théâtre de la jeunesse, au complexe Dar Lamnouni (Maison de la culture), qui a connu la participation de neuf troupes représentant la région Meknès-Tafilalet. Ces troupes théâtrales ont rivalisé de prouesses aussi bien sur le plan de la mise en scène que du texte pour tenter de séduire le public et surtout le jury afin d’être sélectionnées pour participer au Festival national du théâtre de la jeunesse.
«En dépit des conditions difficiles dans lesquelles on évolue et de l’éloignement, nous sommes venus pour bien représenter notre ville et, pourquoi pas, conserver le titre que nous avons remporté l’année dernière», confie Abdelhak Bidiar de la troupe théâtrale «Arfoud du théâtre» de la  ville d’Errachidia, anciennement connue sous le nom «Club Almichâl du théâtre et du cinéma», qui a remporté l’année dernière le Prix national du Festival du théâtre de la jeunesse  avec la pièce « Lâbe Sghare».
Pour Said Achachi, membre de la troupe «Noujoum M’irte» de la ville de Khénifra, ce festival «constitue un véritable atelier de formation, une occasion pour s’exprimer et montrer son savoir-faire en matière de théâtre». Il explique qu’en dépit «des problèmes financiers et l’absence de toute aide de la part des organisateurs», sa troupe s’est déplacée à Meknès par amour pour cet art.  «L’initiative est excellente pour développer nos compétences, poursuit-il, mais il faut tout d’abord améliorer les conditions dans lesquelles on travaille au sein des maisons des jeunes», confie pour sa part Idriss Galmouss de la troupe «La vie du théâtre» de Meknès.
Selon Mohamed Charhrouchni, responsable de la délégation régionale du secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse, l’objectif de cette quatrième édition «est de créer un cadre adéquat qui permet aux différents participants d’échanger leurs expériences et d’enrichir le champ culturel au niveau de la région». «Cette manifestation, note-t-il, constitue une tribune pour la diffusion de la culture théâtrale au sein de la jeunesse», indique-t-il avant de préciser que «le budget consacré à cet événement est limité par rapport aux ambitions affichées». Dans la même foulée, il souligne le rôle des collectivités locales  qu’il a qualifié d’«indispensable» pour la promotion de la pratique  théâtrale au niveau  de la région.

Meknès : au rythme de la musique arabo-andalouse

Dans le cadre de ses activités culturelles, l’institut Goethe Haus de Meknès, en collaboration avec le centre culturel allemand Rabat-Casa et le centre culturel français de Meknès, a organisé, vendredi 2 mars 2007, une soirée musicale au théâtre de l’institut français de Meknès animée par Touria Hadraoui, chanteuse du malhoune et le pianiste et  compositeur, Simon Nabatov, d’origine russe qui vit et travaille actuellement à Cologne en Allemagne. Les deux artistes sont venus à Meknès après avoir passé par Casablanca et Rabat,
Dans une déclaration à ALM, M. Asloune, directeur du Goethe Haus Meknès, a précisé que le but de ce concert musical maroco-allmand est le renforcement des liens d’amitié entre les deux pays et l’animation de la vie culturelle de Meknès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *