Figuig : Un bibliobus pour desservir les localités enclavées

Dans le cadre du projet MEDA 2 et en collaboration avec le ministère de l’Education nationale, la délégation de Figuig a bénéficié d’un bibliobus pour encourager élèves, enseignants et parents d’élèves à exploiter les services qu’offrent les bibliothèques. Il s’agit d’une caravane du savoir qui a pour but de sillonner les localités isolées pour assurer l’acheminement d’outils pédagogiques aux écoles lointaines. Le bibliobus, dont a bénéficié la délégation de Figuig , est un véhicule utilisé comme substitut aux bibliothèques construites en dur et qui reprend l’essentiel des fonctions assignées à ces espaces d’enseignement au sein des écoles. Il s’agit d’un service pour la proximité rurale qui dessert plusieurs écoles de ladite délégation. «Sa mobilité permet de rendre les livres plus accessibles à une grande partie des écoliers et collégiens», explique Abderrahman Jebbouri, bibliothécaire à l’AREF de l’Oriental.
Cette bibliothèque ambulante ambitionne d’atténuer l’isolement culturel et socio-éducatif des écoles rurales. Elle vise aussi à mettre à la disposition des enseignants les ressources des centres de documentation pédagogique, et de contribuer à la mise en œuvre d’un suivi pédagogique couvrant les projets d’école. Les animateurs de ce bibliobus interviendront aussi auprès des élèves, des enseignants et des animateurs pour promouvoir l’éducation à l’environnement, l’intégration des TIC à l’école et la sensibilisation à certains phénomènes sociaux. Une approche qui focalise sur une animation ludique autour de supports puisés dans la presse écrite, la radio et l’Internet en plus des livres scolaires.
La mise en place de ce bibliobus passe par le choix d’un profil répondant aux critères de mobilité et de maîtrise d’une animation multiple. Il faut d’abord spécifier les écoles rurales et la population cible pour leur élaborer un plan d’action annuel. D’ou l’importance de l’équipe de formation et d’animation pédagogique qui veille sur la réalisation d’un tel programme. Le choix des activités et l’identification des intervenants doivent par ailleurs répondre aux attentes réelles des élèves de la campagne. Une tâche réservée au groupe de formateurs, composé d’un inspecteur de l’enseignement primaire, d’un coordonnateur du centre de documentation pédagogique, d’un documentaliste, d’un conseiller en orientation ainsi que d’un cadre représentant l’Académie. Mais vu le besoin en ressources humaines au niveau de la délégation de Figuig, la tâche assignée à ce bibliobus sera difficile à réaliser.
«Pour une meilleure exploitation de cette caravane du savoir, il va falloir capitaliser et généraliser les expériences réussies comme il va falloir organiser les différentes écoles cibles dans le cadre d’un réseau pour discuter, suggérer et exprimer les avis sur le mode de fonctionnement et sur l’amélioration de l’impact du projet», a expliqué à ALM M. Amraoui, chef de service à l’Académie de l’Oriental.
«L’important est de proposer des outils motivants et novateurs pour permettre à ces enfants de devenir autonomes et informés», a-t-il conclu.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *