Fquih Ben Salah : L’irrigation économe à l’ordre du jour

Fquih Ben Salah : L’irrigation économe à l’ordre du jour

Sous le patronage du ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime, Aziz Akhannouch, l’Office régional de mise en valeur agricole de Tadla (ORMVAT), en collaboration avec l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II, un atelier international sur l’irrigation économe a été organisé sous le thème «Vers de nouvelles approches d’ingénierie et de gestion durable de l’eau en agriculture» les 10  et 11 juin à Fquih Ben Salah.
L’objectif principal de l’atelier est de présenter et de partager les acquis de recherche-développement des projets «Aquastress» et «Sirma» en matière de méthodes, d’outils, d’arrangements et d’instruments pour une économie de l’eau et une gestion durable des ressources en eau en agriculture.
Les thèmes de l’atelier sont regroupés en deux axes principaux : le premier axe porte sur les nouvelles approches de mise en œuvre des projets d’économie et de valorisation de l’eau (démarche participative d’identification et de conception des projets collectifs d’économie d’eau, les outils d’accompagnement des projets d’économie d’eau…), le deuxième axe traite les outils de gestion des ressources en eau en agriculture (prise en considération des eaux souterraines, les systèmes d’aide à décision pour la gestion conjuguée des eaux de surface et souterraines pour l’irrigation…). A cause de la diminution des précipitations durant les dernières années (plus de 30% dans la plaine de Tadla en 30 ans, de 1970 à 2007 moins de 8mm/an), les ressources  en eau superficielles ont connu des pénuries notamment en agriculture.
L’atelier qui s’est étalé sur deux jours  a porté sur les acquis de recherche-développement de deux projets agricoles «Aquastress» et «Sirma». Le projet Aquastress (2005-2009) est un projet intégré de recherche dont le financement est assuré par l’Union européenne. Il a pour objectif de développer de nouveaux outils pour l’atténuation des pénuries d’eau en intégrant les aspects techniques, les instruments économiques et les arrangements institutionnels. L’Office régional de mise en valeur agricole de Tadla, l’Agence du bassin hydraulique de l’Oum Er Rbia, les organisations professionnelles et les agriculteurs de Tadla constituent les principaux partenaires locaux du projet.
Le projet Sirma est un projet de recherche pour le développement financé par le ministère français des Affaires étrangères et européennes. Il a pour objectif de s’attaquer à la question d’économie d’eau dans le Maghreb à travers des actions de recherches et de formation. Deux actions structurantes de recherche ont été retenues pour le Tadla, il y a d’abord la gestion durable des ressources en eau souterraines et ensuite l’approvisionnement des filières de production et la valorisation de l’eau. L’objectif de ces deux projets traite de l’économie de l’eau. Aquastress regroupe plus de 35 institutions maghrébines et européennes appartenant à différents pays (Maroc, Tunisie, France, Allemagne…). «On essayera de regrouper les agriculteurs dans des projets collectifs afin qu’ils puissent bénéficier de subventions et pourquoi pas passer à leur tour au goutte-à-goutte grâce à des techniques nouvelles qui leur permettront d’économiser l’eau», a déclaré Ali Hammani, enseignant chercheur à l’Institut agronomique et vétérinaire Hassan II.
Dans un exposé qui a porté sur les stratégies de gestion des ressources en eau et d’économie d’eau dans le Tadla, M. Saaf, ingénieur à l’ORMVAT, a mis l’accent sur les différents sujets relatifs à l’agriculture, aux agriculteurs et à leurs exploitations, sur les contraintes financières liées à la gestion du système d’irrigation et surtout sur les solutions et les mesures à prendre dans le but d’économiser l’eau d’irrigation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *