Guelmim : Hausse des arrivées touristiques en 2010

Guelmim : Hausse des arrivées touristiques en 2010

Selon la délégation régionale du tourisme, la ville de Guelmim a enregistré, en 2010, une forte augmentation du nombre de touristes pour atteindre 6121 contre 4188 en 2009, soit une hausse de 46 %. Suite à cette évolution des arrivées de touristes, les nuitées dans les établissements d’hébergement de Guelmim ont enregistré 9276, contre 6434 en 2009. Pour leur part, les infrastructures hôtelières au niveau de la ville ont été renforcées par la construction d’un nouvel hôtel ainsi que trois auberges dans les oasis de Tighmart et Asrir. «Le secteur touristique est considéré comme l’un des secteurs clefs susceptibles de jouer le rôle de locomotive pour le développement économique régional. Une grande importance est accordée au niveau régional au tourisme rural, à travers la création des points d’accueil touristique dans les villages de la région», apprend-on auprès de la délégation régionale du tourisme à Guelmim. Dans ce sens, la région de Guelmim-Smara offre plusieurs opportunités d’investissement dans le tourisme toutes formes confondues. Comme elle jouit de l’étendue de son paysage naturel varié et la richesse de son patrimoine culturel. La région offre aussi une gamme d’activités variées et complémentaires telles que le tourisme balnéaire, écologique, culturel, spéléologique, cynégétique, thermal ou le tourisme d’aventure. Ainsi, elle offre plus de 200 km de côtes sur le littoral abritant de véritables lieux de détente, de fascination et de dépaysement.
Outre ses atouts balnéaires, la région dispose de sites rupestres qui remontent à 12 mille ans, de monuments de construction et d’architecture qui témoignent d’une histoire très ancienne de cette partie du Royaume, et de grottes, dont la Grotte aux pigeons. La région abrite également deux stations thermales : Lalla Mellouka et Abainou. Cette dernière est connue pour les vertus curatives de ses eaux et réputée pour le traitement de maladies dermatologiques et rhumatismales. Par ailleurs, la région offre l’opportunité de découvrir des espaces naturels. C’est le cas des oasis-palmeraies, dont la palmeraie de la province de Tata qui compte parmi les plus importantes du sud du Maroc et qui abrite plus d’un million de palmiers, soit 20 % du patrimoine national des palmiers dattiers. Parallèlement, la région connaît le lancement de grands projets touristiques. Il y a lieu de citer, à cet égard, le projet «Plage Blanche», qui verra la construction de plusieurs établissements hôteliers d’une capacité de 26.000 lits. L’Oued Chbika à Tan Tan, qui est un projet-phare de la région, nécessitera un investissement global de 6,8 milliards DH, et dont la première phase portera sur une superficie de 500 hectares. Elle concerne un programme d’hébergement d’une capacité minimale de 5000 lits en établissements touristiques.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *