Guelmim-Smara : Campagne médicale d’ophtalmologie

Une campagne médicale en ophtalmologie a été organisée le week-end dernier dans plusieurs villages relevant de la province de Guelmim, au profit de 400 personnes dont la majorité vivent dans une situation précaire. Initiée par l’association Ibn Alhaytam pour l’optique, en collaboration avec des associations locales, cette campagne s’inscrit dans le cadre des actions de solidarité et d’entraide menées par la société civile de Guelmim avec ses différents partenaires pour venir en aide aux personnes atteintes de maladies oculaires qui habitent dans des villages éloignés. «Le dépistage et les soins aux malades, la réalisation des opérations de la cataracte, la formation de personnel spécialisé, étaient les principaux objectifs de cette opération», explique Quassam Dechouri de l’association Ibn Alhaytam. Au cours de cette campagne, qui est en phase avec les efforts inlassables déployés par les autorités locales, en vue de l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations locales, et dont ont bénéficié plus de 400 personnes du monde rural de la province, il a été procédé à une consultation triage pour déterminer et soigner sur place les cas médico-chirurgicaux. Cette consultation a été marquée par la distribution de dons aux patients et la sensibilisation à l’hygiène dans les écoles. Encadrée par un staff médical composé de plusieurs médecins ophtalmologistes, cette opération a profité à des personnes de tous âges et issues de plusieurs villages de la région. Ainsi, à l’issue de cette opération à caractère social et humain, des lunettes de correction ont été distribuées au profit des bénéficiaires. Signalons que malgré les efforts des pouvoirs publics, la couverture sanitaire dans la région reste en dessous des aspirations de la population.
La région connaît une carence du personnel médical surtout en spécialistes en plus du fait que le milieu urbain demeure favorisé par rapport au milieu rural. La région ne dispose que d’un nombre limité d’hôpitaux, ce qui a toujours compromis l’offre de prestations avec l’impossibilité de réserver une structure litière pour chaque spécialité. La région souffre aussi de l’absence d’un hôpital régional (projet en cours de réalisation) ce qui entraîne l’acheminement de certains cas, sur des établissements situés hors du territoire régional. Malgré l’importance de leurs effectifs (24 dispensaires, 71 centres de santé et 6 établissements de maternité), les unités sanitaires rurales de base souffrent d’une couverture géographique faisant varier l’accès des populations locales aux services de santé, d’une commune à une autre et d’une province à une autre.  Le nombre très réduit des salles d’accouchement, compromet largement l’objectif d’une amélioration de la santé de la mère et du nourrisson et rend difficile la réalisation de programmes de prévention, au profit de cette catégorie de population.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *