Habitat anarchique à Agadir : La lutte continue avec la restructuration d’Aourir

Habitat anarchique à Agadir : La lutte continue avec la restructuration d’Aourir

Les réunions se multiplient pour venir à bout du fléau de l’habitat anarchique et de  ses tracas au niveau de la ville d’Agadir. En effet, depuis le début de cette lutte acharnée, menée par les autorités locales, le wali Mohamed Boussaïd et les responsables locaux s’affairent pour  mettre un terme aux dépassements enregistrés. Ainsi, et après une série de démolitions et de poursuites judiciaires, l’approche de redressement de la situation actuelle est encore en cours.
La dernière réunion, dans ce sens, a regroupé les responsables locaux, associations et institutions concernées. L’objectif étant d’énoncer les décisions prises pour mener à bien cette mission au niveau de la commune d’Aourir.  Une convention de restructuration de cette commune, touchée de plein fouet par les constructions anarchiques, a été signée entre la wilaya, la commune urbaine, le Conseil régional de l’ordre des architectes et l’Association des bureaux d’études et de contrôle. Comme cela a été le cas pour  la commune de Drarga.
La convention en question permet d’alléger les lourdeurs administratives liées aux demandes de constructions et de remédier au coût élevé des demandes d’autorisations de construire. Une panoplie de mesures d’accompagnement et d’encadrement de la construction, au niveau de cette commune, ont été prises, souligne-t-on dans une présentation faite, à l’occasion, par les responsables de l’agence urbaine. 
Les mesures ainsi prises pour compléter les efforts consentis dans ce cadre se sont focalisées sur deux volets. Le premier est lié à la lutte contre ce phénomène alors que le deuxième axe d’intervention s’est penché sur la restructuration de la situation actuelle. Pour ce faire, les mesures complémentaires, initiées en 2012, concernent les constructions érigées sur des zones ouvertes à l’habitat et couvertes par les plans de structuration et de restructuration. Nonobstant, les constructions pouvant bénéficier de ces mesures doivent être en premier lieu bâties sur une propriété privée.  Par ailleurs, un guichet unique est mis en place  pour une durée d’un mois. Notons, dans le même cadre, qu’un représentant de l’ordre régional des architectes est également désigné pour recevoir les demandes d’aides techniques et d’encadrement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *