Jaâfar Debagh : «Nous voulons montrer aux Marocains leur propre richesse»

Jaâfar Debagh : «Nous voulons montrer aux Marocains leur propre richesse»

ALM : Vous avez choisi la région orientale comme cible de découverte pour les Marocains, expliquez-nous pourquoi ?
Jaâfar Debagh : La cinquième édition du Raid des Marocains du monde est une épreuve à caractère touristique, organisée par le ministère chargé des MRE.  Cette année, on avait assisté à l’hospitalité légendaire des habitants de la région orientale qui ont accueillit avec générosité leurs confrères résidant à l’étranger. Certes, il faut dire qu’on était surpris par la beauté des paysages naturels et surtout de la chaleur humaine que les habitants de cette région ont manifestée. Ce n’est pas uniquement une course,  mais une tournée de découverte de notre beau pays.

Quel est votre objectif pour la réalisation d’un événement de telle ampleur ?
En fait, on avait deux objectifs fondamentaux. Le premier est surtout de faire découvrir la région orientale et les autres régions du Sud, d’abord aux Marocains. Ces derniers ont besoin de découvrir les richesses de leur propre pays. En plus, on voudrait nouer une relation de fraternité entre les Marocains eux-mêmes. Le second objectif, c’est qu’on a voulu que cette cinquième édition du Raid des Marocains du monde ait une spécificité culturelle et touristique. Du coup, on avait convié des étrangers, notamment des Espagnols et des Français.  D’ailleurs, on avait parmi les participants Josep Maria Juhé Mas, maire de Calella, qui est une région proche de Barcelone en Espagne, et qui était charmé par nos paysages et nos cultures. Tout cela pour vous dire qu’on avait réussi à attirer l’attention de plusieurs investisseurs.

Combien avez-vous eu de participants ?
On avait 140 participants, dont 77 MRE et 11 étrangers. Ces derniers comprenaient des investisseurs espagnols et hommes d’affaires. On avait parcouru 2500 Km de la région orientale vers le Sud. En revanche, notre seule condition pour accepter les voitures, c’est qu’elles ne devaient pas dépasser 5 ans d’ancienneté.  Nous étions également accompagnés par 13 motards des « Aigles de l’Atlas ».

Quels sont les problèmes rencontrés lors de ce Raid ?
Honnêtement, on n’avait aucun problème. Une atmosphère de fête assidue régnait entre les participants. On avait parvenu à rendre cette occasion du Raid une tradition constante.     
Tout en célébrant ainsi la rencontre des Marocains de partout dans le monde avec leur pays. Ce dernier qui accueille ses MRE, chaque année, avec la même intensité comme l’ont attesté les moments forts et émouvants du raid.

Avez-vous eu des promesses d’investissement dans la région orientale du Maroc ?
Absolument, d’ailleurs les 11 participants étrangers nous ont tous confié qu’ils vont revenir au Maroc. Soit pour des études sur place d’une possibilité de projets, soit pour réaliser des investissements. Durant cette cinquième édition, on avait parmi nous El Kébir Hannou, directeur du développement local à l’Agence pour la promotion et le développement économique et social de la préfecture et des provinces de la région orientale du Royaume, qui a assisté à toutes les étapes du Raid, pour justement montrer aux investisseurs étrangers les besoins économiques de la région orientale, et les orienter dans leur choix de projets.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *