Jerada : Les employés de la centrale thermique en sit-in

Jerada : Les employés de la centrale thermique en sit-in

Des dizaines d’employés de la centrale thermique de Jerada mènent depuis le 26 avril 2012 différentes formes de protestation pour l’acquisition d’un logement de fonction. Ils en étaient à leur septième sit-in lundi dernier en présence d’une cinquantaine d’ouvriers avec leurs enfants. Des sit-in tenus soit à l’intérieur de la centrale ou à l’extérieur, pour décrier le retard dans l’acquisition de logements bâtis en 1970 et pour lesquels ils versent des indemnités qui varient selon le grade et la responsabilité. Les agents d’exécution versent 1.000 DH mensuellement, alors que les agents de maîtrise paient 1.500 DH et les cadres quelque 2.500 DH. Au fait, au lieu de bénéficier d’indemnité de logement, comme les employés qui n’exploitent pas les logements de fonction, ils ont convenu avec l’administration de l’ONE de renoncer à cette indemnité dans la perspective d’acquérir les logements mis à leur disposition.
En 2007, et suite à des demandes formulées par ces ouvriers, le conseil administratif de l’ONE avait donné son accord de principe pour la passation de ces logements. De même un accord a été paraphé dans ce sens le 18 octobre 2010. Depuis, ces ouvriers sont dans l’attente de cette acquisition pour qu’ils puissent restaurer leurs maisons dégradées.
Par ailleurs, sur les 230 logements de fonction de la «cité ouvrière A», plusieurs nouvelles recrues non-résidentes ont formulé des demandes d’achat. Sans résultat, car l’administration ne peut revendre des maisons en passation.
Selon des responsables de l’ONE, le blocage est au niveau du ministère de l’équipement et des services des domaines publics qui doivent autoriser cette vente. En attendant un décret ministériel qui fera passer le terrain sur lequel sont bâtis ces logements des domaines publics au domaine privé, les employés de la station thermale continuent à revendiquer leurs droits et à varier leurs formes de protestation.  
«On est obligés de multiplier les sit-in et les revendications car on est pris entre le marteau et l’enclume. D’un côté on ne perçoit pas d’indemnité de logement et de l’autre on doit faire des économies inutiles», précisent les protestataires. «Ces maisons sont désuètes et au lieu de nous faciliter la tâche pour qu’on puisse les acquérir et les restaurer, on nous oblige à vivre dans de lamentables conditions», explique Said Zeroual, un des employés protestataires. Et d’ajouter: «Est-il normal que des ouvriers de l’ONE à Oujda, Mohammedia et Kénitra, par exemple, bénéficient d’un droit qui nous est refusé pour le moment?».
Concernant les revendications exprimées lors de ces sit-in, elles se résument en cinq points :
– accélération de la procédure d’octroi de maisons ;
– faire bénéficier les ouvriers acquéreurs de documents individuels de vente ;
– permettre aux ouvriers non-résidents de bénéficier des mêmes avantages que leurs collègues ;
– exonérer les retraités de la station thermale de prélèvement, vu la gravité de leurs cas sociaux ;
– réactivation de la procédure d’octroi d’indemnité de logement pour ces ouvriers à partir de mai 2012.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *