Jerada : pour la préservation des métiers de l’artisanat

Jerada : pour la préservation des métiers de l’artisanat

Dans le but de valoriser les produits artisanaux de la ville de Jerada, un village d’artisans vient d’être réalisé grâce à un partenariat entre l’Agence de développement de l’Oriental et le secrétariat d’Etat auprès du ministère du Tourisme et de l’Artisanat, chargé de l’Artisanat. Une convention qui vient à point nommé pour répondre à une attente qui se faisait sentir de plus en plus au niveau d’une ville qui cherche à redynamiser ses activités économiques et commerciales. La cérémonie de signature de cette convention s’est déroulée récemment dans le siège de la wilaya de l’Oriental en présence d’Anis Birou, secrétaire d’Etat auprès du ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Mohammed M’barki, directeur de l’Agence du développement de l’Oriental, Mohammed Brahimi, wali de l’Oriental et Mustapha Aïda, gouverneur de la province de Jerada. Erigé sur une superficie totale de 4 560 m2 et réalisé grâce à une contribution de 15 MDH de l’Agence du développement de l’Oriental, cet ensemble artisanal mettra à la disposition des artisans 34 magasins et 3 ateliers ainsi que des locaux administratifs. Intervenant lors de la signature du transfert de la participation de l’Agence à son département, M. Birou a expliqué que «ce village mettra à la disposition des artisans des espaces de production adéquats et contribuera à la préservation de certains métiers qui ont fait l’originalité de l’Oriental et qui sont menacés». Et d’ajouter : «C’est une importante contribution pour booster un secteur dans une ville qui a besoin de ce type de village professionnel pour actualiser son commerce et relancer les activités génératrices de revenus». M. Birou a, par ailleurs, expliqué à ALM que l’un des objectifs de son secrétariat est de faire émerger des pôles d’excellence au niveau des régions. «Nous voulons que l’Oriental s’investisse davantage dans les métiers qui le caractérisent afin de conforter son originalité dans ce domaine. C’est une politique que nous poursuivons à travers des plans de développement régionaux pour permettre d’identifier le potentiel existant, le savoir-faire et d’éviter des choix et actions isolées sans impact direct sur les artisans». De son côté, Mohammed M’barki, directeur de l’Agence du développement de l’Oriental, a déclaré à ALM que l’artisanat est l’un des secteurs locomotives du développement régional. «L’Agence, grâce à ce partenariat, vise à accompagner les projets novateurs qui ambitionnent de sauvegarder les métiers pouvant redynamiser plusieurs secteurs», a-t-il souligné. Et de préciser : «Notre partenariat avec le ministère chargé de l’Artisanat et la Fondation Mohammed V pour la solidarité a donné naissance à deux centres d’envergure à Oujda et Jerada. Et on ne pense pas s’arrêter là car on est déjà sur d’autres projets. On est sur le point de finaliser un projet à Nador par l’édification d’un complexe artisanal qui abritera les locaux de la délégation de l’artisanat et des espaces pour accueillir des activités propres à ce domaine. Deux autres projets sont en cours d’étude à Taourirt et à Figuig pour accompagner la dynamique de développement que connaît l’Oriental».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *