La capitale spirituelle est en «surbooking»

Lors d’une rencontre organisée, mardi 10 avril courant, avec les représentants de la presse nationale à l’occasion du lancement du site Web du CRT permettant une large communication et diffusion de tout ce qui se fait sur le plan touristique dans la ville, les responsables du Conseil régional du tourisme (CRT) ont fait état de l’évolution positive du secteur et des efforts déployés pour réaliser le positionnement de Fès en tant que « cité arabo-andalouse».
Tout en indiquant que ce site (www.visitfes.org), qui a nécessité un investissement de 12 millions de centimes, a pour but de faire connaître Fès et ses produits mettant ainsi en valeur l’ensemble des richesses de sa région, les responsables du CRT ont signalé l’existence de projets novateurs tels que «le logement chez l’habitant» devant être lancé officiellement dans le cadre du Festival de la musique soufie et le circuit du tourisme spirituel « Zyarates Fès » réalisé grâce à une étude commanditée par le PNUD.
Les responsables du CRT, qui ont souligné que le montant du budget qui leur est alloué s’élève à près de 4 millions de DH, ont précisé que le secteur se porte aujourd’hui à merveille. Les infrastructures hôtelières de la capitale culturelle et spirituelle affichent «complet», et ce grâce à la densification du transport aérien notamment et au lancement de prestations annexes faisant que « la durée moyenne de séjour est en train de grimper».
Révélant que plusieurs investisseurs locaux et étrangers ont lancé des projets en particulier dans la petite restauration de qualité, ils ont fait état de la présence de plus d’une vingtaine de nouvelles «tables remarquables» dans la médina pour affirmer que «Fès est dans une phase ascendante et qu’elle a incontestablement amorcé son positionnement en tant que centre historique, de séminaires et de congrès». Soulignant que le programme international de la promotion est ambitieux, le CRT cible l’Afrique, tout en maintenant ses campagnes auprès de pays européens, ils ont fait part de l’achèvement des travaux d’aménagement du triangle spirituel « Moulay Idriss-Sidi Ahmed Tijani- la Quaraouyine », ajoutant que la célèbre place Boujloud, restaurée grâce à un prêt octroyée à la commune par la Banque mondiale, fait l’objet actuellement pour son animation culturelle et artistique d’un concours d’idées et d’architecture.
La commune urbaine a alloué une enveloppe de 10 millions DH destinée à l’expropriation pour cause d’utilité publique permettant ainsi la réalisation de ce projet de grande envergure qui devra être différent de celui de la place Jamaa Lafna de Marrakech.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *