La culture hassanie au service du développement durable

La culture hassanie au service du développement durable

La région de Oued-Eddahab-Lagouira a abrité, du 14 au 16 décembre, la 3ème édition du Festival de «Tiris» sous le signe «La culture hassanie au service du développement durable».
Organisé sous le Haut Patronage de Sa Majesté je Roi par l’Association Tiris en coordination avec le ministère de la culture et les autorités locales, ce festival essentiellement dédié à la célébration du patrimoine local en tant que partie intégrante de la culture marocaine vise notamment à contribuer à la préservation de l’héritage culturel hassani authentique, considéré comme l’une des composantes de l’identité nationale et l’un des affluents de la culture marocaine et à rendre hommage à la culture du nomadisme, en appréhendant les différents aspects de la vie quotidienne de la population du Sahara.
Au long de trois jours, ce festival qui a vu la participation de 12 troupes musicales issues des provinces du Sud ainsi que 28 poètes locaux, a pu transformer le paisible centre communal d’Aousserd en une véritable plate-forme d’animation artistique et culturelle et a permis aux visiteurs de la région de Oued Eddahab-Lagouira de connaître les potentialités locales ainsi que les projets réalisés dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) dans cette province du Sud du Royaume, ainsi que les grands chantiers ouverts dans cette région.
Plusieurs activités ont été programmées lors de ce festival dont des courses de dromadaires, une exposition sur les projets de l’INDH, l’élevage dans la région, un espace dédié aux contes populaires, outre des soirées artistiques animées par des troupes de la musique hassanie. De surcroît, le festival fait la part belle à la poésie hassanie qui sera déclamée par une pléiade de poètes de la région.
Des tentes traditionnelles ont également été dressées et ont abrité une exposition de produits d’artisanat local, notamment des habits traditionnels, des manuscrits et photos historiques, des objets en bois, des matériaux, ustensiles et autres outils essentiels dans la vie des habitants du Sud, ainsi que des formes de décoration reflétant la richesse des coutumes et du patrimoine artisanal local.
La cérémonie d’ouverture de ce festival s’est caractérisée par le salut au drapeau national, suivi des spectacles de musique aux rythmes de danses et de chants hassanis et d’une parade de dromadaires en présence de Hamid Chabar, le wali de la région de Oued Eddahab-Lagouira, chefs des tribus, chefs de services extérieurs et membres de la société civile.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *