La ville ocre récompense ses artistes et artisans

La troisième édition du Salon de l’art de vivre, qui s’est déroulée les 25 et 26 mars dernier à Marrakech, a récompensé plusieurs artistes et artisans marocains issus de différentes régions du Royaume. Les récipiendaires ont  reçu des trophées en guise de récompense pour les efforts qu’ils ont déployés pour le développement de l’art et de l’artisanat marocains. Ainsi, le trophée du « Patrimoine» a été décerné à Mohamed Bariz, l’un des maîtres de «la Halqua» qui, depuis les années soixante, s’est forgé une réputation qui a dépassé les frontières nationales. Cet artiste exceptionnel, qui fait partie depuis des décennies du décor «naturel» de la place de Jemaâ El Fna, séduit par ses contes à suspens et surtout par son éloquence et l’art de sa narration. Ce conteur, considéré par ses pairs comme le plus ancien artiste de la mythique place de la cité ocre, a adapté plusieurs grands textes, entre autres,  la biographie d’Averroès, qu’il présentait à ses fans avec art et  manière. Dans la même catégorie, le deuxième trophée est revenu au chanteur Mohamed Azeddine, maître du «Samaâ» dont la voix claire et limpide donne au chant soufi traditionnel un charme particulier. Cet artiste de la zaouia Abbassia de Marrakech a été récompensé pour sa participation à la préservation  et au développement des chants spirituels.
Quant au  trophée «Découverte», il a été  remporté par M. Salah Benjaken, un artiste novateur qui a créé la Fondation-résidence d’artistes Tachklout sur la route de Mejjat, aux environs de Marrakech. Son initiative est considérée par les professionnels comme une manière originale de promouvoir le tourisme artistique.
Pour ce qui est du trophée «Métiers d’art», il a été remis à Hassan Naqiqi, un artisan maroquinier, dont la technique, le savoir-faire et la maîtrise font référence. Selon plusieurs artisans, il est l’un des rares à encore maîtriser la technique du cuir brodé selon des dessins précis et dans le plus grand respect de la tradition.
Pour le trophée « Création», le jury a primé deux sociétés : «Léon l’Africain» spécialisée dans la fabrication d’objets de décoration et «Youbi Design», spécialisée dans la maroquinerie. Cette dernière a notamment exposé dans son stand, des babouches fabriquées en 1912 et qui sont considérées comme les plus anciennes du pays. La cérémonie de remise de ces trophées s’était déroulée dans une ambiance conviviale animée par de jeunes chanteurs ainsi que par l’humoriste Mostapha Daoudi.  Quelque 67 exposants ont participé à la troisième édition du Salon de l’art de vivre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *