Laâyoune : De l’inspiration et de la créativité

Dans la région du sud marocain, la richesse des traditions héritées du patrimoine hassani nourrit un artisanat extrêmement varié. L’artisan sahraoui y trouve une inspiration intarissable.
L’artisanat dans cette partie du Royaume  porte essentiellement sur la  transformation des matières premières naturelles, comme la laine, le duvet, le cuir caprin et camelin, le cuivre, l’argent et les émaux de couleurs. Produits utilitaires, ils sont  transformés souvent en œuvres d’art.
Le travail des artisans reste concentré sur la fabrication des bijoux en argent et spécialement des pendentifs en argent filigrané renfermant des talismans.  Des bijoux qui sont généralement volumineux et lourds. Les artisans travaillent aussi sur l’utilisation du cuir dans la fabrication de plusieurs objets. Les habits traditionnels sahraouis, comme Derraas et de Gandouras, n’ont pas été omis car les artisans détiennent un savoir-faire exceptionnel en matière de tissage joaillerie et de menuiserie.
Plus généralement, les produits de l’artisanat sont destinés à la vente dans les souks et bazars des grandes villes du Royaume. Laâyoune, elle, s’est dotée d’un complexe d’artisanat dont l’un des objectifs primordiaux est d’organiser et former des artisans pour préserver le patrimoine. Ce complexe offre beaucoup d’avantages à la population en termes d’emploi et de services.  Plus de 960 artisans, soit plus de  2% de la population active, travaillent dans ce secteur. Et en vue de développer le savoir-faire de ces artisans, éducation et expertise sont au menu du complexe artisanal qui joue un rôle essentiel en contribuant au développement de l’économie de cette région.
 L’artisan sahraoui est réputé partout pour le travail des métaux. Il excelle particulièrement en matière de fabrication des koumia, bracelets, pendentifs, plateaux en cuivre et autres articles décoratifs, mais également en ce qui concerne l’incrustation de métaux et d’os dans le bois pour la confection de colliers, d’amulettes, de petits objets fétiches, d’armes, d’instruments de musique, de pipes et de montures de chameaux. «Les artisans de cette région essayent de marquer leurs produits par le mode de vie du Sahara», confie à ALM Mohamed Lamin, l’un des artisans à Laâyoune.
La région s’est fait ainsi connaître par le tannage des  peaux de chameaux, de chèvres, de moutons, d’antilopes ou de gazelles pour la confection de sacs, de tabatières, de seaux d’eau, de coussins, de gourdes, d’étuis… Autre spécificité : la fabrication de vêtements surtout le  Haïk et les Derraate. Les artisans fabriquent également  d’autres produits tels que de petites boîtes et récipients destinés à contenir du parfum et des bijoux de femmes. Ces objets sont utilisés pour conserver des biens rares ou des documents manuscrits ou administratifs, de mariage ou de propriété immobilière.
Aujourd’hui, les  grandes transformations résultant de la sédentarisation des Sahraouis ainsi que des changements intervenus dans leurs habitudes de consommation se sont reflétés sur le produit, mais sans pour autant l’altérer. L’artisanat est devenue tributaire du développement du tourisme dans les provinces de cette région. Pourtant, ce secteur n’arrive toujours pas à être compétitif malgré les potentialités de la région.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *