Laâyoune : la Caravane de la paix fait escale dans la ville

Laâyoune : la Caravane de la paix fait escale dans la ville

à son arrivée à la capitale du Sahara, la «Caravane de la paix», organisée à l’initiative de l’Association sahraouie pour la solidarité du projet d’autonomie, basée à Nancy, a été accueillie, jeudi 17 juin, par des centaines de Marocains sahraouis venus soutenir cette initiative et exprimer leur adhésion au projet d’autonomie du Sahara. Brandissant le drapeau national et des portraits de SM le Roi Mohammed VI, les participants à cette initiative ont tenu un rassemblement devant la Place Almechouar lors duquel ils ont appelé à la levée du blocus sur les Marocains séquestrés à Tindouf tout en réitérant leur attachement à la marocanité du Sahara. Les 350 participants à cette caravane, chiffre symbolique qui renvoie aux 350.000 participants à la Marche Verte, s’étaient enquis du développement réalisé dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra grâce aux efforts déployés par les autorités locales, sous la conduite éclairée de SM le Roi. Cette caravane, qui a démarré de la capitale belge, a sillonné plusieurs capitales et grandes villes européennes, notamment Paris et Madrid, où elle a sensibilisé les opinions publiques européennes au projet marocain d’autonomie du Sahara. «Nous organisons cette caravane de paix pour sensibiliser l’opinion publique européenne sur la pertinence de la proposition marocaine d’autonomie dans les provinces du Sud et soutenir la marocanité du Sahara», a confié à ALM Elhassan Benhammou, le coordinateur général de la caravane. Et d’ajouter que via cette caravane, les Marocains expriment leur mobilisation indéfectible derrière SM le Roi pour défendre la cause nationale et exiger la libération de leurs frères sahraouis séquestrés dans les camps de Tindouf. Quant à Zahra Haidara, présidente de l’association initiatrice de cet événement, elle a souligné que la communauté internationale doit agir contre les graves violations des droits de l’Homme commises par le Polisario. Selon elle, les crimes atroces sont commis au quotidien dans les camps de Tindouf. Et à ses yeux, l’idée de cette caravane vient du fait que la proposition marocaine d’accorder une large autonomie aux provinces du Sud constitue un projet constructif et réaliste visant l’édification d’une société démocratique et moderniste fondée sur les principes de l’Etat de droit et le développement économique, social et culturel.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *