Laâyoune : La pêche, valeur sûre de l’économie du sud

Durant les trente dernières années, le secteur de la pêche n’a pas cessé d’attirer de lourds investissements, notamment pour améliorer la flotte de pêche hauturière, côtière et artisanale. Ce qui s’est traduit par un rapide développement de ce secteur. Aujourd’hui, la région du sud compte plus de 17 navires dans la pêche hauturière, 173 unités dans la pêche côtière et 5.866 canots dans la pêche artisanale.
Quant aux infrastructures de pêche, elles se sont vues attribués la priorité dans les investissements réalisés. C’est ainsi que plusieurs projets d’aménagement de points de débarquement dans cette zone ont été réalisés. La région compte actuellement deux principaux ports implantés à Laâyoune et Dakhla. Un troisième port de pêche est en cours de construction à Boujdour. Il est à noter que le nouveau port de Dakhla a permis le redéploiement d’une partie de la flotte hauturière qui profite de la proximité des lieux de pêche. En ce qui concerne la pêche artisanale, des villages de pêcheurs et points de débarquement ont également été aménagés le long du littoral, en vue de promouvoir et organiser l’activité de la pêche artisanale. Ces villages visent l’amélioration des conditions socio-économiques des marins pêcheurs.
Des infrastructures d’accueil ont ainsi été réalisées au niveau de 11 sites de pêche dans la région du Sahara. Il s’agit de Amégriou et Tarouma dans la province de Laâyoune, Sidi El Ghazi et Lekraa dans la province de Boujdour, N’tireft et Labouirda dans la province de Oued Eddahab, Lamhiriz dans la province d’Aousserd, Aftisset relevant de la province de Boujdour, Ain Baida, Imoutlane et Lassarga relevant de la province de Oued Eddahab.
Au niveau de ces sites, des infrastructures de base, des équipements socio-collectifs, des halles aux poissons et des bâtiments administratifs ont été assurés. Le coût global des investissements pour la mise en œuvre et l’aménagement de ces sites est de 915 millions DH avec un financement réparti entre le Fonds Hassan II, l’Agence du Sud et l’Office national des pêches.
D’importants investissements ont été consacrés aux infrastructures d’accueil et de commercialisation des produits de la pêche. Le montant de ces investissements dépasse les 100 millions DH. Ils ont porté essentiellement sur les halles aux poissons et les structures nécessaires aux activités annexes, notamment les magasins pêcheurs, magasins mareyeurs, fabriques de glace et chambres froides.
Aussi, trois halles aux poissons ont été construites au niveau des ports de pêche de Laâyoune, Boujdour et Dakhla ainsi que des noyaux commerciaux au niveau des sites de pêche artisanale de Agti el Ghazi, Lakraa, N’tireft, Lassarga Labouirda, et Lamhiriz.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *