Laâyoune : La ville au rythme de la poésie

Pour la première fois, la tente de la poésie quitte la ville de Fès pour faire escale à Laâyoune, du 5 au 7 juillet prochain. Ce choix se justifie par la volonté de faire de cette ville un carrefour des poètes hassanis et ceux des autres pays arabes.
Cet événement est organisé par l’association Fès Saïss en coordination avec la wilaya de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra, l’Agence de développement du sud et les élus locaux. Cette cinquième édition a opté pour la décentralisation en quittant Fès. «On a voulu à travers cette initiative donner l’occasion à la poésie hassanie de s’ouvrir sur la poésie arabe populaire», déclare Lwiza Boulbarse, coordinatrice de cet événement.
Plus de 90 poètes venus du Maroc et de tous les pays arabes, à l’exception du Soudan, vont animer cette édition, qui va rendre hommage à la poésie hassanie. L’un des objectifs de cette tente est de faire connaître les talents de cette ville et la richesse de son patrimoine.
Selon les organisateurs, la poésie arabe populaire sera l’objet de cet événement artistique. Sept axes seront discutés, notamment les origines et les fondements historiques de la poésie populaire, les vétérans de cette poésie, la relation entre la poésie populaire et la poésie traditionnelle, les conditions de la poésie populaire, les mécanismes de la production du sens poétique dans la poésie populaire, le dynamisme de cette poésie, ainsi qu’une comparaison entre la poésie populaire arabe et les autres poésies similaires.
Selon les organisateurs, le choix de la poésie arabe populaire se justifie par le fait qu’elle a bien su préserver son homogénéité. Elle a pu en outre traduire les différents sentiments de l’être humain, à travers des rythmes variés.
Cette rencontre va également rendre hommage à Jawad Boukhamisse, l’un des grands poètes Koweitien, qui a participé en 1975 à la marche verte.
La tente de la poésie sera par ailleurs l’occasion de partager des passions poétiques entre des poètes connus partout dans le monde arabe et la population locale qui a particulièrement soif de ce genre de manifestation. Elle constituera également pour les chercheurs et les spécialistes l’occasion d’échanger leurs points de vue.
Pour Mme Boulbarse, cet événement sera l’occasion de dévoiler les potentialités poétiques des jeunes du sud marocain et d’assouvir la soif de la population de cette partie du Royaume, connue par son amour à la poésie. Reste à signaler que lors du mois prochain, la ville de Laâyoune va vibrer au rythme d’un autre événement important, il s’agit du festival «Rawafid Azawan», prévu du 20 au 29 juillet, et qui va certainement faire bouger les habitants de la ville.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *