Laâyoune : L’artisanat local sous les feux des projecteurs

Laâyoune : L’artisanat local sous les feux des projecteurs

Organisé par la Chambre régionale de l’artisanat, en collaboration avec le secrétariat d’Etat chargé de l’artisanat et l’Agence du Sud, ce salon connaît la participation de plus de 53 artisans issus de la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El-Hamra. Cette édition, qui se tient sous le thème : «L’artisanat en tant que patrimoine civilisationnel», regroupe une collection d’objets représentant le patrimoine culturel local et invitant à la découverte du mode de vie des nomades sahraouis. Aussi incarne-t-elle l’identité culturelle et ethnique de cette partie de la population marocaine. Ce salon présente également au public des objets de l’artisanat local. C’est le cas de la transformation des peaux de chèvres et des dromadaires en cuir, de l’argent, de l’ivoire coloré et de l’argile en produits usuels et œuvres d’art. Le visiteur y trouve, en outre, des sacs, portefeuilles, oreillers, selles, costumes féminins, instruments de musique et bijoux. Pour les organisateurs, il s’agit d’un véritable espace de dialogue entre civilisations permettant la valorisation de la culture du Sahara riche et variée. Ceci à travers la présentation au public de certains objets liés à cette culture ancestrale, qui demeure toutefois méconnue. Ce salon se veut, de surcroît, une invitation à la découverte du mode de vie local, via les objets exposés de manière à refléter les aspects de cette vie à la fois simple et agréable. Parmi les objets présentés dans ce salon, le public trouve ceux portant sur les activités exercées par les femmes artisanes. Des activités qui concernent, pour la majorité, le tissage et le dressage de tentes sahariennes, le travail du cuir, la confection d’outres, de coussins, de sacs en peau de gazelle, de chèvre, d’antilope ou de dromadaire. Quant aux hommes, ils confectionnent des bijoux, instruments de musique, plateaux et théières en utilisant l’argent. Ce salon offre également aux visiteurs l’occasion de découvrir les accessoires du dromadaire, symbole de cette région, et qui est l’animal le plus prisé au Sahara de par son utilité et son adaptation à l’environnement. Selon l’un des artisans, ce salon donne aux visiteurs une idée sur la culture locale et regroupe une collection d’objets profondément liée à la culture du Sahara, incitant ainsi le visiteur à la découverte de ce milieu encore méconnu qui est le désert. D’après lui, les objets qu’il regroupe témoignent de l’ingéniosité du Sahraoui qui a toujours su s’adapter aux conditions de vie très rudes au Sahara. Pour rappel, la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra compte plus de 6700 artisans.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *