Laâyoune : les provinces du Sud à l’heure du développement

Laâyoune : les provinces du Sud à l’heure du développement

Le programme baptisé «Programme de développement territorial durable des provinces du Sud : Guelmim, Tan Tan, Tata, Assa-Zag et Terfaya (Prg/DTS)», consiste à capitaliser et fusionner deux programmes  lancés par l’Agence du Sud  et ses partenaires. Il s’agit du Programme Oasis du Sud (POS) et sa composante Cactus» (POS/Cactus) et du Programme Initiative pour la promotion de l’emploi et le développement» (IPED) qui ont été mis en place pour la durée 2006-2010. Le programme POS/Cactus a été mis en place pour élaborer et mettre en œuvre les recommandations et les orientations stratégiques nationales pour le développement et réhabiliter les oasis. Il est géré par une Unité de gestion nationale (UGN/POS) et trois coordinations locales au niveau des provinces de Guelmim, Tata et Assa-Zag. L’approche de mise en œuvre du Programme Oasis Sud  dans sa composante Cactus se base sur un partenariat étroit avec les collectivités locales dans le cadre des Plans communaux de développement (PCD). Ces PCD visent essentiellement la sauvegarde et la promotion des oasis avec des actions prioritaires dans les domaines d’agroécologie, d’agrobiodiversité oasienne, de gestion rationnelle des ressources hydriques, valorisation des produits de terroir, entretien des palmeraies, filière cactus, écotourisme oasien et activités socioculturelles. Le deuxième programme, dit IPED, vise à mettre en œuvre les composantes de l’INDH au niveau de la région de Guelmim-Smara, dans la mesure où il aspire à l’amélioration des conditions de vie de la population, à la diminution des inégalités sociales et locales à travers la création d’activités génératrices de revenu, outre l’encouragement des initiatives et le renforcement des potentialités locales. Intervenant lors de la cérémonie de lancement de ce programme, Abdeslam Al-Mesbahi, secrétaire d’Etat chargé du Développement territorial, a indiqué que ces deux programmes placent l’élément humain au centre de leur réflexion sans pour autant négliger l’aspect environnemental et bénéficient du soutien de plusieurs partenaires nationaux et internationaux. Et d’ajouter que  la fusion des deux programmes, qui sont complémentaires, permettra d’unifier les efforts des acteurs et de rationaliser la gestion des deniers. Pour sa part, Ahmed Hajji, directeur général de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces du Sud, a souligné  que ce projet adopte une approche locale qui s’appuie sur l’élaboration de projets d’investissement globaux et intégrés basés sur la capitalisation des efforts de tous les acteurs locaux et la valorisation des ressources environnementales et culturelles.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *