Laâyoune : les victimes du Polisario dévoilent les atrocités subies dans les camps de la honte

Laâyoune : les victimes du Polisario dévoilent les atrocités subies dans les camps de la honte

Initiée par l’Association des portés disparus du Polisario (APDP), cette rencontre a constitué une occasion pour exposer la situation qui prévaut dans les camps de Tindouf, en Algérie, et les exactions dont souffrent leurs parents et leurs familles. Les participants à cette rencontre sont pour la plupart des victimes du Polisario ainsi que des proches des personnes disparues dans les camps de Tindouf et dont le sort reste encore méconnu. Ainsi, ils ont décidé de sortir de l’anonymat pour décrire la situation déplorable et les multiples exactions et violences que subit la population de Tindouf. En effet, l’enlèvement, la torture et l’assassinat marquent le quotidien de cette population. Dans ce cadre, les victimes du Polisario ont expliqué que cette rencontre a pour objectif de dévoiler à l’opinion publique nationale et internationale le vrai visage du Polisario qui n’hésite pas à recourir aux méthodes les plus cruelles pour éliminer toute voix contraire à ses visées séparatistes. A leurs yeux, l’opinion publique doit connaître la réalité qui prévaut dans les camps de Tindouf et la situation humanitaire dramatique dans laquelle vivent des milliers de Sahraouis marocains retenus contre leur gré par la junte du Polisario. Pour sa part, Dahi Aguai, président de l’Association des portés disparus du Polisario (APDP), a estimé que le Polisario, sous l’impulsion de ses mentors algériens, ne cherche qu’à faire durer le conflit artificiel monté de toutes pièces autour de l’intégrité territoriale du Maroc, expliquant que le Polisario ne dispose d’aucune visibilité politique pour aboutir à une solution. Lors de cette rencontre, des victimes du Polisario ont livré des témoignages poignants sur leurs propres expériences. D’aucuns ont expliqué qu’ils ont été arrachés de leur famille pour être envoyés à Cuba. Ils ont également estimé que le Polisario cherche à travers cette politique de déportation forcée l’endoctrinement des enfants en les soumettant de manière continue à sa propagande. Cette politique permet également aux séparatistes de faire des pressions sur les familles et de briser leurs liens avec la mère patrie, le Maroc. Les intervenants ont également souligné que le Maroc a pris des initiatives qui ont été applaudies par toute la communauté internationale lorsqu’il a décidé de compenser les victimes et les familles touchées directement ou indirectement par cette répression. Par contre, le Polisario qui prétend être le représentant unique des Sahraouis et leur porte-parole officiel n’a rien fait pour se faire pardonner les atrocités commises durant plus de trente années. Créée en 2003, l’Association des portés disparus du Polisario (APDP) a choisi de travailler sur trois niveaux. Il s’agit du niveau local, national et international. Ceci pour essayer de faire pression sur les Polisariens dans les camps de Tindouf et dévoiler le sort de plus de 800 disparus dans les prisons des séparatistes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *