Laâyoune s’ouvre au tourisme

Le secteur touristique à Laâyoune Sakia El Hamra attire les investisseurs. Une bonne chose pour la région qui en a le plus grand besoin. Le groupe  Ynna holding donne l’exemple avec son ambition de construire trois hôtels haute gamme sur la plage de Foum El Oued. La région, malgré son gros potentiel, ne dispose que de 13 établissements hôteliers classés entre une et quatre étoiles. Cela ne donne, en tout et pour tout, qu’une capacité d’hébergement de 532 chambres, 1000 lits. 24 hôtels non classés qui offrent 550 chambres (928 lits). Côté agences de voyages, la région en compte sept, alors que l’affluence des touristes est, elle, grandissante. Ce sont les Français qui sont les plus nombreux, suivis par les Espagnoles. Viennent ensuite les touristes arabes et africains.
A voir les beaux paysages qu’offre la région, toutes les chances sont
là pour que les touristes soient encore plus nombreux. Avec une côte maritime magnifique, dont témoignent la plage Amgriw et celle de Foum El Oued, sans compter une centaine de kilomètres de plages vierges immenses où les amateurs de sports nautiques et de la pêche se donnent rendez-vous pour assouvir leur soif de loisirs. Autre exemple: la lagune de Khnefis – Naila, située à 26 kilomètres du centre d’Akhfanir, représente un intérêt biologique et écologique des plus importants, car c’est un axe principal de migration des oiseaux. C’est sur ce site que font escale les flamants roses.
Parmi les spécificités de cette région, n’oublions pas les marais dont les plus connus restent le marais Tazga  étendu sur 600 kilomètres carrés, et celui du Tah, qui prend place sur une superficie de 360km2.
Laâyoune Sakia El Hamra, c’est aussi et avant tout, pour certains, la découverte d’un paradis nommé désert. La région détient, d’ailleurs, un patrimoine culturel très riche qui s’inspire entièrement de la vie des nomades.
Le folklore du Sahara alliant les danses à des rythmes musicaux est, en lui-même, une invitation au voyage. Les coutumes vestimentaires, la poésie, les cérémonies de la célébration du mariage, l’élevage des dromadaires, l’artisanat, surtout le cuivre et le cuir, ne laissent aucun des visiteurs venus du monde entier insensibles au  charme d’une région exceptionnelle. La proximité de la région des Iles Canaries et de la ville d’Agadir lui offre d’autres avantages indéniables, dont elle a le droit d’en profiter. Le port et l’aéroport de Laâyoune assurent l’accès à la région et donc contribuent essentiellement dans le développement touristique de cette province. C’est grâce d’ailleurs à ces infrastructures que des manifestations ont élu domicile dans cette région. Les Rallyes et les semaines culturelles, économiques et touristiques viennent, de manière ponctuelle, animer la région. La région possède, tout simplement, un terrain favorable pour devenir  une véritable locomotive de développement économique et social. 
Aujourd’hui, ce qu’il faudra booster, ce sont la publicité, l’animation et les recherches sur cette région. Il faudra aussi promouvoir les investissements en attirant le plus grand nombre et en misant sur la coopération avec d’autres pôles touristiques comme Agadir et Marrakech.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *