Laâyoune : Une étude canadienne pour relancer le tourisme

Le tourisme est une niche importante de l’économie de la région de Laâyoune, et pour en faire un levier du développement socio-économique, une étude effectuée par un bureau d’étude canadien vient d’être finalisée. Ladite étude se divise en trois parties ; la première proposer un plan de développement du pôle touristique, une vision marketing, un plan d’action pour le développement des produits phares, et un plan de développement de la destination. Pour ce qui est de la deuxième partie, elle adopte un plan d’orientation du Pôle de Laâyoune, et un diagnostic global. Pour ce qui est de la troisième partie, elle contient une étude de faisabilité de la nouvelle zone touristique, et une étude du contexte physique, étude paysagère et environnementale, étude infrastructurelle, une proposition d’un plan d’aménagement, et une étude de faisabilité financière. Cette étude qui cherche à identifier les produits majeurs, leur matérialisation sur le terrain et les efforts d’investissement et de marketing a coûté 3,5 millions de dirhams, financés par l’Agence du Sud.
L’étude, relève plusieurs destinations et type de produits, notamment le tourisme balnéaire et produits connexes (surf, plongée, croisières, thermalisme, mise en forme), la destination désert et l’aménagement de bivouacs offrant hébergement, méharées, et exploration de l’environnement proche des grandes villes, l’écotourisme à plusieurs échelles avec notamment la ressource spécifique du parc national Khenifiss.
Cette étude contribuera à la mise en valeur des atouts touristiques de cette région. D’ailleurs et selon les responsables de la délégation régionale du tourisme de Laâyoune, la région a enregistré en 2007 plus de 31.357 nuitées, et 13.386 arrivées. Les Français sont les plus nombreux, suivis par les Espagnoles, ensuite les touristes arabes et africains.
La région dispose de 43 établissements hôteliers, qui assurent 2139 lits. D’autres nouveaux établissements touristiques sont également en cours de construction dans la plage de Foum El-Oued.
Cette région regorge de potentialités, en intégrant une multitude de sites naturels. Avec une côte maritime magnifique, dont témoignent la plage Amgriw et celle de Foum El Oued, sans compter une centaine de kilomètres de plages vierges immenses où les amateurs de sports nautiques et de la pêche se donnent rendez-vous pour assouvir leur soif de loisirs. Autre exemple: la lagune de Khnefis – Naila, située à 26 kilomètres du centre d’Akhfanir, représente un intérêt biologique et écologique des plus importants, car c’est un axe principal de migration des oiseaux. C’est sur ce site que font escale les flamants roses.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *