Laâyoune : Visite des étudiants belges à l’Institut des pêches

Laâyoune : Visite des étudiants belges à l’Institut des pêches

Dans le cadre des échanges des visites entre les étudiants du Sud du Maroc et leurs collègues européens, l’Institut de technologie des pêches maritimes de Laâyoune a reçu, la semaine dernière, la visite d’un groupe d’étudiants de l’institut belge Mercator-Oostende. Ces étudiants sont venus pour partager leur expérience avec les étudiants de Laâyoune et s’arrêter sur les modalités d’enseignement dans cet institut. Celui-ci a été créé en 1984 pour accompagner le développement des activités de pêche dans les provinces du sud du Royaume et répondre aux besoins de la flotte de pêche maritime en matière d’emploi et d’encadrement. Selon les responsables de cet institut, cette visite a été organisée pour échanger des compétences et expériences dans le domaine de la pêche maritime. C’était aussi une occasion pour les formateurs, professionnels, élèves, stagiaires et cadres faisant partie des deux instituts pour comparer leur modalité d’enseignement. Ainsi, les étudiants belges et marocains ont échangé les documents relevant des domaines techniques de la pêche maritime.
Lors de leur séjour à Laâyoune, les étudiants belges ont également visité les principales installations de la pêche maritime dans la région de Laâyoune-Boujdour-Sakia El-Hamra, ainsi que les unités industrielles opérant dans le port de la ville, en plus des villages de pêche comme celui de Tarouma qui est en cours de construction et permettra d’améliorer la situation des pêcheurs opérant au niveau local. Cette visite qui rentre dans le cadre de la coopération entre les deux instituts a permis aux étudiants belges de s’arrêter sur les efforts entrepris pour la préservation des ressources halieutiques et les mesures prises pour garantir la sécurité du travail au profit des marins-pêcheurs. Les étudiants belges ont pu également assister à la projection d’un film documentaire intitulé «La couleur du sacrifice». Celui-ci raconte l’histoire des soldats marocains ayant combattu dans les rangs de la France pendant la Seconde Guerre mondiale.
Au terme de cet accord, les deux parties se sont mises d’accord pour renforcer leur coopération réciproque, une convention de jumelage associera bientôt les deux instituts.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *