Le musée amazigh, richesse de toute une civilisation

Dans un cadre où se mélangent subtilement modernité et traditions ancestrales, le visiteur est tout simplement émerveillé et enchanté par les richesses exposées dans ce musée qui renferme de véritables trésors. Fibules, frontaux, colliers, bracelets, boucles d’oreilles, bagues et autres bijoux, témoignent d’un exceptionnel génie créateur et racontent l’histoire d’une civilisation rayonnante. Cette précieuse collection de bijoux berbères, savamment agencée, rappelle l’art et le savoir-faire des artisans de la région dont le secret se transmet de génération en génération. A travers cette collection, le visiteur perçoit en filigrane une culture, des traditions, des symboles et spécificités de tout une région.
Ce musée a été construit grâce aux efforts conjoints déployés par la municipalité de la ville, une équipe de muséographes et une pléiade de mécènes de la région, fiers de leur histoire et de leur culture berbère.
Les quelque 932 pièces de cette collection ont été soigneusement réunies par un collectionneur privé et acquises en 1995 par la municipalité de la ville qui pensait déjà à la réalisation de ce projet. Si le patrimoine est un héritage à conserver et à entretenir, le musée amazigh d’Agadir innove en la matière et veut étendre son action de « gardien du temple » en collaborant étroitement avec les artisans de la région pour sauvegarder jalousement ce legs ancestral qui a fait leur renommée et qui a, depuis longtemps, acquis ses lettres de noblesse.
Les bijoux ne sont pas les seuls éléments exposés dans ce musée qui renferme également une collection de tapis de la région ainsi qu’un nombre impressionnant d’articles ménagers en céramique (jarres, poêles, plats, verres et autres). En outre, plus de cent ouvrages sont exposés dans ce musée et témoignent de la grandeur et de la culture marocaine en général et de la région en particulier.
Si les bijoux exposés sont pour certains visiteurs de simples objets ornementaux, la culture amazighe leur accorde une importance particulière qui dépasse de loin le cadre de la beauté féminine et de la simple décoration. Façonnés en argent, certains de ces bijoux, selon plusieurs témoignages concordants, jouaient un rôle sacré et prophylactique dans la mesure où les femmes les portaient pour se protéger contre le mauvais œil et des maladies.
«Ce qui m’impressionne dans ces bijoux, c’est la vivacité de ces couleurs chatoyantes et ce savoir-faire qui donne forme à la matière avec finesse et splendeur», affirme une touriste française venue dans le cadre d’une visite guidée au musée. Elle estime que ces richesses «permettent de faire connaissance et découvrir l’âme de ce pays par le biais de sa culture». Son compagnon abonde dans le même sens en affirmant que la visite de ce musée, lui a donné envie de se documenter et de lire tout ce qui a été écrit sur la civilisation du Royaume du Maroc qui a toujours passionnés les chercheurs et les historiens.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *