Le terroir soussi, une richesse inestimable

Le terroir soussi, une richesse inestimable

Aux alentours d’Agadir, capitale prestigieuse du Souss, s’étalent des végétations agricoles fertiles. Arganier, fleur de safran et rosier sont les ressources phares de ce joyau du Sud. Des fortunes biologiques qui tracent à la fois l’identité culturelle et traditionnelle de cette région du Maroc. Parmi ceux qui font la fierté des autochtones, on cite l’arganier. S’adaptant conformément au climat aride de la région, cet emblème du Souss-Massa Draâ s’étend de la ville d’Agadir jusqu’à Essaouira sur une superficie dépassant les 700.000 hectares. Réputée par son huile aux multiples vertus, la notoriété de l’arganier a dépassé toutes les frontières. En effet, l’argan connaît un engouement international. Huile alimentaire de premier degré, sa flaveur raconte l’histoire ancestrale de cet arbre planté depuis des milliers d’années au sud-est du Maroc. Outre ses priorités nutritives, l’argan est également utilisé dans l’industrie pharmaceutique plus précisément dans la cosmétique. Shampoing, crème nettoyante, gommage ou huile de massage… Toute une gamme de produits bio orne les étalages du monde entier.
Initiée par les femmes de la région, la cueillette de l’argan s’accomplit entre juin et août. De ce fait, après avoir séché la noix, l’extraction commence. Donnant naissance ainsi à une huile pure, riche en sa composante. De même, le safran constitue l’une des richesses du Souss-Massa-Draâ. À quelques kilomètres d’Agadir, vous trouverez Taliouine, la capitale du safran. Si la récolte de l’argan s’effectue durant l’été, le safran, quant à lui, se cultive entre octobre et novembre. Connue par sa pureté et son originalité, la culture de cette épice est transmise de génération en génération. Pour contribuer à la promotion de ce produit de terroir, les autorités locales de la région ont organisé depuis 2007 le Festival du safran de Taliouine. Cet événement tend, principalement, à valoriser la production du safran. Il en va de même pour la rose de la vallée du Dadès. Le festival de Kelaât Mgouna en est une référence incontournable. Le rosier du Souss-Massa-Draâ est célèbre par la plantation de la «Rosa damascena». Ces roseraies s’étalent une surface de plus de 3500 km. La «Rosa damascena» est souvent cultivé au printemps. Le début du mois de mai est la période propice pour sa récolte.
Les produits extraits de la rose de Dadès sont prescrits pour des fins médicinales à savoir : maux d’estomac, maux de dents, douleurs abdominales, otites, insolations, migraines ou autres.  Par ailleurs, d’autres produits à base de la même rose sont dédiés pour des pratiques cosmétiques notamment pour les soins du cuir chevelu et du visage, maquillage ainsi que la parfumerie. Grâce à ces produits de terroir, une dynamique socio-économique est née dans la région du Souss-Massa-Draâ. La présence des coopératives a contribué à l’amélioration à la fois du niveau de vie des cultivateurs de la région ainsi qu’à la qualité des produits.
Depuis 2000, ces associations se sont engagées à valoriser et à mettre sur le marché les produits du Souss. Ainsi, de 24 coopératives en 2004, leur nombre s’est accru à une centaine dont la majorité sont spécialisées dans la production de l’huile d’argan. Tenant compte de l’aspect artisanal de cette culture agricole, ces ressources ont développé un tourisme rural incontournable. Désormais, les villages du Souss sont considérés comme des destinations favorites pour ceux qui aimeraient découvrir une autre facette du Maroc. Un Maroc riche par sa tradition, sa culture et son terroir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *