Lenin Guzman : «La protection de l’enfance au Maroc connaît un progrès remarquable»

Lenin Guzman : «La protection de l’enfance au Maroc connaît un progrès remarquable»


ALM : Quel est l’objectif de cette visite ?
Lenin Guzman : Le comité espagnol qui a visité les projets de l’Unicef aux régions de Marrakech a un but bien précis : veiller à la bonne application de la convention internationale des droits de l’enfance. Parallèlement, le comité a essayé de collecter les fonds pour des projets à venir dans les pays tiers dont le Maroc. Grâce à la coopération du comité espagnol, plusieurs projets ont été entamés dans la région de Marrakech. Tel est le cas de «Dar Al Oumouma» à Ourika. Cette visite a permis au comité de collecter des informations utiles pour les projets à venir.

Quels sont vos projets à venir dans la région de Marrakech ?
Nous travaillons actuellement sur plusieurs projets en faveur de la jeunesse marocaine dont le projet pour lutter contre l’immigration clandestine. Nous ciblons les enfants de la rue et les jeunes qui n’ont pas eu la chance d’être scolarisés. Nous avons un programme qui s’étale sur 5 ans pour la région de Marrakech avec les mêmes types de projets que nous avons déjà réalisés. L’année 2009 sera marquée par la publication d’une revue. Celle-ci comportera le bilan de tous nos programmes et constituera une opportunité pour réfléchir sur de nouveaux projets. L’Unicef s’inscrit à la politique du gouvernement marocain concernant les secteurs de la santé, l’éducation et tous les domaines relatifs aux droits de l’enfant. Nous donnons nos idées, nous offrons notre expertise et c’est au gouvernement marocain de choisir les projets, ainsi que les programmes à mettre en œuvre.

A combien s’élève l’aide de l’Unicef Espagne au Maroc ?
En ce moment, l’Unicef Espagne est le principal partenaire du Maroc en termes de protection de l’enfance. Le montant de l’aide qui provient des comités de l’Unicef en Espagne en faveur du Maroc s’élève à un million de dollars par année. Le Maroc est le premier bénéficiaire de ces aides.

Selon vous, quels sont les principaux problèmes dont souffre l’enfance marocaine ?
Il faut reconnaître que le Maroc a réalisé des avancées importantes en matière de respect des droits de l’enfant. Le dernier bilan que nous avons élaboré relève un progrès remarquable. Il reste encore beaucoup à faire notamment dans le domaine de la santé où le taux de mortalité infantile reste élevé. Du côté de l’enseignement, on sait que le taux de scolarisation a augmenté de manière considérable. Cela dit, chaque année, 6% des enfants scolarisés abandonnent l’école. Il faut également relever les enfants victimes d’abus sexuel, des enfants en situation de précarité et des enfants abandonnés. L’Etat marocain doit s’impliquer davantage dans ces domaines.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *