Les coquillages de Tamri-Cap Ghir interdits à la consommation

Les coquillages de Tamri-Cap Ghir interdits à la consommation

La récolte et la commercialisation des coquillages de la zone conchylicole Tamri-Cap Ghir sont désormais interdites jusqu’à nouvel ordre. En effet, c’est pour des raisons sanitaires que le département de la pêche maritime a intervenu pour exhorter l’ensemble des consommateurs, ainsi que les ramasseurs de coquillages, dans ladite zone, de s’abstenir de toute consommation ou commercialisation. Cette décision est intervenue suite aux résultats d’analyses effectuées par l’Institut maritime de recherche halieutique (INRH) au niveau de la zone conchylicole Tamri-Cap Ghir. Des analyses qui ont fait ressortir la présence de biotoxines marines dans les coquillages à des teneurs anormales. Ceci étant, le département de la pêche maritime a pris la décision d’interdire toute consommation ou commercialisation des coquillages issus de cette zone jusqu’à son épuration totale. Par ailleurs, et afin de protéger le consommateur de tout danger sanitaire, le département de la pêche maritime a appelé l’ensemble des consommateurs, durant cette période, à se limiter aux produits conditionnés, portant les étiquettes sanitaires et d’identification et commercialisés dans des points de vente autorisés. Notons que les coquillages colportés ou vendus ne bénéficient d’aucune garantie de salubrité. Produites par des micro-algues consommées par les coquillages, les biotoxines marines peuvent provoquer plusieurs troubles chez le consommateur. En effet, afin de se nourrir, les coquillages filtrent l’eau et intègrent également les micro-algues du phytoplancton, dont certaines espèces sont dangereuses pour la santé. Ainsi, les coquillages se retrouvent contaminés. Notons que cette contamination reste inapparente pour les yeux aussi bien des producteurs que des consommateurs étant donné que les coquillages ne sont pas sensibles à ces toxines. Ceci étant, la consommation des coquillages contaminés peut engendrer plusieurs troubles chez le consommateur.
Certes, les coquillages colportés ou vendus en vrac ne représentent aucune garantie de salubrité mais bien au contraire ils constituent un danger pour la santé publique. Néanmoins, l’un des dangers auxquels est exposé le consommateur non averti, au niveau de la région, est aujourd’hui la vente des moules séchées. En effet, cette ancienne pratique est très répandue au niveau de la région, et surtout dans les grands marchés de la région où des vendeurs mobiles présentent au consommateur des moules séchées à des prix abordables. Il est à noter qu’afin de prévenir l’exposition des consommateurs aux risques de la consommation des coquillages contaminés, une surveillance constante est assurée dans les zones de production par les instituts maritimes de recherche halieutique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *