«l’Oriental prend un nouvel élan»

ALM : L’historique discours royal du 18 mars 2003 a créé une dynamique dans la région de l’Oriental. Quelle appréciation faites-vous de cette nouvelle vision du développement régional ?
Mohamed Mbarki :
Ce discours programme dont nous célébrons le quatrième anniversaire est venu à point nommé pour représenter une rupture par rapport aux stratégies de développement telles qu’elles étaient envisagées précédemment. L’Initiative royale a créé une nouvelle dynamique du développement régional qui vise à améliorer la compétitivité territoriale et assurer les conditions d’un recours à la croissance durable. C’est une initiative qui porte sur un investissement global de plus de trente milliards de dirhams d’ici l’an 2010. Elle se propose aussi de doter la région des équipements de base nécessaires pour initier les grands projets économiques à titre prioritaire.
Par conséquent, l’Agence de développement de l’Oriental a décidé de lancer une série d’initiatives de développement. Dans cet esprit, nous avons croisé la volonté d’un groupe de jeunes euro-maghrébins qui voulait organiser un forum dans l’un des pays du Maghreb. Et puisque l’Oriental est une région profondément maghrébine, le choix de la ville d’Oujda a vite fait l’unanimité. En plus, il fallait faire comprendre, que tant que des jeunes s’impliquent dans de tels projets, l’avenir est porteur d’espoir. Ainsi, la ville d’Oujda a abrité du 28 au 30 mars 2007 le forum euro-maghrébin de la jeunesse initié par l’Union des jeunes euro-maghrébins (UJEM) avec le soutien de l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des provinces de l’Oriental.

Outre ces considérations fraternelles, êtes-vous satisfait de l’implication de la nouvelle génération dans ce projet maghrébin?
Après trois jours de débats riches et fructueux, nous sommes satisfaits d’avoir fait ce choix car nous avons assisté durant ce 3ème forum à une profonde volonté de jeunes responsables et extrêmement créatifs. Ils tentent de bâtir l’avenir sur des bases d’intérêt commun.  Au-delà des archétypes qui enferment les bonnes volontés dans des considérations temporaires, les interventions des uns et des autres ont tout canalisé vers le rejet du dogmatisme, de l’extrémisme et du terrorisme.
Tout ce qui se rapporte au développement nous interpelle dans l’Agence de développement de l’Oriental. L’ouverture de cette région sur un espace euro-méditerranéen est une priorité d’attractivité territoriale. Et lorsque vous avez des jeunes qui s’impliquent dans ce type de disponibilité pour en faire un levier de  croissance, il faut s’enorgueillir.

Un forum c’est aussi une occasion propice pour lancer des projets communs…
Nous avons constaté que le Maghreb créatif  existe à travers des projets concrets montés avec des jeunes Européens, se basant sur de grandes lignes d’action, de coopération et de partenariat. Le rôle de l’Agence de l’Oriental est d’apporter son soutien à ces initiatives car nous sommes persuadés qu’à travers ces actes concrets on renforcera les liens inter-maghrébins et méditerranéens. Pour nous c’est un acquis stratégique de partenariat. C’est toute une expérience nationale et internationale que nous mettons à leur disposition au niveau de l’accompagnement. 
En plus, l’Oriental en tant que zone tampon ouverte sur le Maghreb et l’Europe jouera plus, dans son approche, sur le génie de finesse que celui de la géométrie. Nous sommes en train de valoriser une compétence de raffinement, de sensibilité et de conviction dans un destin commun. En tant que région frontalière nous sommes concernés dans le sens positif et traversé par des sensibilités de travail collectif. D’ailleurs, les jeunes qui ont participé  à ce forum ont élaboré leurs programmes d’action avec les jeunes Européens sans s’enfermer dans des considérations régionalistes. Ils savent que notre salut dépend justement de cette approche globale et collective.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *