Marrakech, une cité musée

Marrakech, une cité musée

Depuis sa fondation par les Almoravides vers 1070, la médina de Marrakech a pu garder sa structure urbaine durant neuf siècles. Les Almohades, les Saâdiens et les Alaouites, trois dynasties qui se sont succédé dans cette ville, ont chacun laissé sa trace. On comprend donc, à travers l’histoire de la ville de Marrakech son importance en tant que patrimoine. D’ailleurs, Marrakech a été classée patrimoine mondial par l’UNESCO. Et ce pour ses sites historiques et archéologiques, parmi les plus réputés à travers le monde. Souk, riads, foundouks, fontaines, mosquées, enceinte et divers monuments historiques,  témoignent encore de la richesse de son passé, mais aussi de son présent.
Parce que la ville nouvelle de Marrakech comprend également des chefs-d’oeuvre d’architecture. Par exemple, l’avenue Mohammed V où se trouve un nombre de bâtisses tels le marché de Guéliz, l’ancien café Renaissance, et autre les bâtiments à moins de trois étages… L’on retrouve dans ces derniers le thème de l’art nouveau et l’art déco. Ils ont donc eux aussi un intérêt historique et touristique remarquable. D’où la nécessité de les préserver autant que la médina de Marrakech et ses trésors. Et le patrimoine de Marrakech n’est pas qu’historique, architectural et archéologique. Il est également culturel, artisanal et immatériel. En témoigne la place Jamâa El Fna reconnue par l’UNESCO comme étant patrimoine oral et immatériel de l’humanité. Datant du XIème siècle, elle est connue comme étant la place centrale de la médina avec ses troubadours, conteurs de troupes de musique traditionnelle. Elle fut à l’époque almoravide le camp d’où partaient les premières conquêtes militaires.
On y retrouve non loin dans les souks de Marrakech, entre les étroites ruelles de la Médina, les artisans avec leur panoplie d’œuvres d’artisanat traditionnels (lampadaires, plateaux, théières, bijoux) qui font aussi partie intégrale de son patrimoine ancestral. Aussi la ville abrite plusieurs musées qui renferment le patrimoine marocain. On cite le musée de Dar Si Saïd. Il se distingue par les ornements en or et en marbre glanés par Ahmed El Mansour (1578-1603), le plus illustre des Souverains Saâdiens. Y sont aussi exposés tapis, bijoux, poignards, poufs, coffres et différents produits de l’artisanat. Outre l’artisanat, il y a également l’art. Marrakech a depuis toujours séduit les artistes et particulièrement les peintres. Elle a été le berceau de plusieurs artistes. Et plusieurs s’y sont installés pour sa lumière et la richesse de ses couleurs. On cite le fameux peintre français Jacques Majorelle et où il a créé en 1931 le jardin Majorelle restauré plus tard par le styliste Yves Saint-Laurent et l’entrepreneur français Pierre Bergé. On cite aussi des artistes-plasticiens marocains de renom international comme Farid Belkahia et Mahi Binebine qui ont un rapport particulier avec Marrakech. Aussi on ne peut parler du patrimoine de Marrakech sans énumérer ses différents monuments historiques. À quelque pas de la médina, on retrouve la Koutoubia (XI ème siècle). Un authentique chef-d’oeuvre de l’art hispano-mauresque. Son minaret s’élance à près de 70 mètres.
 Elle fut construite à la même époque que, «la Giralda,» de Séville et la «Tour Hassan», de Rabat.
Pour sa part, le Palais Badii a été l’une des merveilles du monde musulman à l’époque du Souverain Ahmed El Mansour Dahbi. Ce dernier entreprit sa construction à la suite de sa victoire en 1578 sur l’armée portugaise.
La Médersa Ben Youssef, école coranique, établie en 1570 par Moulay Abdallah, véritable chef-d’oeuvre de l’architecture mérinide, le jardin de l’Agdal, construit au XII ème siècle, sous le règne d’Abdelmoumen, la Ménara, magnifique bassin bordé de fleurs sont autant de vestiges d’un passé glorieux.
 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *