Meknès : L’artisanat, un patrimoine à valoriser

«L’artisanat revêt une importance économique et sociale considérable, aussi bien au niveau national que régional. Cette importance se manifeste par la création et la promotion de l’emploi, l’appel aux devises grâce aux exportations et l’encouragement des investissements par l’exploitation des matières premières locales», explique Rachid Bennaciri, Directeur régional du ministère de l’Economie sociale, des petites et moyennes entreprises et de l’artisanat.
Ce dernier ne manque pas de préciser par ailleurs que «la région Meknès Tafilalet a des richesses et des potentialités importantes au niveau de ce secteur qu’il est temps de mettre en valeur, notamment par l’introduction du design et de nouveaux produits susceptibles de répondre à la demande de la consommation nationale et internationale, et ce pour que ce secteur joue pleinement son rôle de développement au service d’autres secteurs tels que le tourisme et le commerce extérieur». Il a fait savoir que l’artisanat au niveau de cette région compte plus de 50.000 artisans, soit 7,4% de la population active. 53% de ces artisans sont concentrés dans la wilaya de Meknès et sont répartis sur 105 branches d’activités.
Le secteur comprend également 20.557 unités artisanales réparties entre des unités de production (11.852 unités), des unités de services (8705 unités), 56 coopératives et 45 associations.
Le secteur de l’artisanat constitue ainsi le principal «pourvoyeur d’emplois» de la région. M Bennaciri n’a d’ailleurs pas manqué de souligner le rôle de ce secteur névralgique en matière de contribution au PIB national.
Par ailleurs, et pour donner un nouveau souffle et une nouvelle dynamique au secteur de l’artisanat, le gouvernement a mis au point une nouvelle stratégie qui propose pour une segmentation entre les entreprises «de référence» ou «championnes», qui seront la locomotive du secteur tout entier, les PME (petites et moyennes entreprises), et les mono artisans qui se manifestent surtout par les femmes qui travaillent dans le tissage dans le monde rural. «L’objectif de la stratégie, a précisé M Bennaciri, est de donner à ce secteur, outre le caractère social, une dimension économique importante. Afin d’accompagner cette volonté gouvernementale, la région de Meknès-Tafilalet a connu le lancement de plusieurs, notamment le projet de construction du village d’artisans à Meknès, qui vise le regroupement des artisans éparpillés au niveau de la région». Ce village, étalé sur une superficie de 8 ha, permettra aux artisans, et plus particulièrement aux potiers, d’exercer leurs métiers dans un cadre de travail adéquat en mettant à leur disposition de nouvelles techniques, notamment au niveau de la cuisson de la poterie qui verra l’introduction des fours à gaz et électriques.
Ce projet, d’un montant d’investissement de 32 millions de dirhams, sera à moyen terme parmi les noyaux durs de l’activité artisanale à Meknès. Il vient renforcer les projets réalisés dans le cadre de l’INDH (Initiative nationale pour le développement humain) dans la région, à savoir la  création d’un complexe permanant d’exposition à Lalla Aouda (Meknès) et d’un centre de perfectionnement des artisans.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *