Moussem : l’art se met au féminin

Moussem : l’art se met au féminin

Organisée par l’Association marocaine des créatrices contemporaines (AMCC), cette cinquième édition du moussem d’Asilah met à l’honneur les femmes rurales. Cette manifestation vise «l’instauration de passerelles et de réseaux de communication et d’interaction entre le monde rural et l’environnement urbain à travers une œuvre de sensibilisation des femmes artisanes ou créatrices», a souligné la présidente de l’AMCC, Wafaa El Houdaybi, lors de la cérémonie inaugurale. Mme Houdaybi s’est réjouie de la réussite des trois précédents marathons, organisés par l’ AMCC et où les femmes artistes, originaires des différents pays, «sont allées à la rencontre des femmes du monde rural à travers le Maroc à qui elles ont fourni une aide pour une meilleure rentabilité de leur production artisanale».
Ce cinquième moussem connaît également la participation de l’Association des épouses des ambassadeurs accrédités au Maroc, membres du «Cercle diplomatique». L’épouse de l’ambassadeur du Liban au Maroc, Wafae Abdellah, a été désignée, au cours de la cérémonie d’ouverture, membre d’honneur de l’AMCC. «C’est une bonne initiative qui se propose d’encourager la créativité de la femme du milieu rural. Cette action va lui permettre de créer un produit diversifié et de meilleure qualité», a expliqué Mme Abdellah. Et d’ajouter que cette participation des femmes diplomates s’inscrit dans le cadre des actions menées par le «Cercle diplomatique» qui coopère avec les ONG marocaines pour soutenir des projets sociaux.
La journée d’ouverture de cette cinquième édition a été marquée par l’inauguration d’une exposition collective et internationale de plasticiennes contemporaines et originaires de différents pays : Maroc, Japon, Egypte, Italie, Bahreïn. «Avec cette participation à une prestigieuse manifestation culturelle et artistique dans une ville d’art et d’artistes dont j’avais beaucoup entendu parler, je viens de réaliser un grand rêve», a confié avec émotion l’artiste-peintre italienne, Maria Grazia Fill. Cette artiste a participé, entre autres, à la restauration de plusieurs musées à travers le monde, dont celui du Louvre.
Le programme de cette journée d’ouverture a comporté également l’inauguration d’une exposition collective des «Produits du terroir» de la femme rurale, organisée par l’ AMCC en partenariat avec le ministère de l’Agriculture, du développement rural des pêches maritimes. «Nous sommes heureux de faire partie de cette manifestation qui met à l’honneur la femme rurale. Et je suis encore plus enthousiaste lorsque je vois l’afflux des visiteurs dans mon stand. Les gens adorent acheter des produits de l’artisanat sahraoui», a affirmé Mme Chrifa, présidente de l’association Al Manar dans la province de Boujdour.  Au programme de ce festival, qui dure une semaine et traite de l’art féminin, figurent trois colloques axés sur les thèmes suivants : «le marathon artistique féminin : bilan et perspectives», «Les produits du terroir de la femme rurale» et «Le potentiel et le génie créateur de l’art féminin».
Outre ces expositions et colloques, le menu du moussem comporte aussi une pièce de théâtre «Majnoun Leïla», des défilés de mode et des soirées de musique et de  chants populaires animées par le groupe féminin «Hadra de Chefchaouen» et un autre groupe de Laâyoune. Ce 5ème moussem sera clôturé par une soirée poétique animée notamment par le Dr Tarik Bagraba (Bahreïn), Bouchra Berjal (Maroc), Wafae Abdellah (Liban), Mohamed Najid, Oum El Fadl Ma El Ainaine, Dr Amina Belmansour (Maroc), Ali Salah El Jilaoui (Bahreïn), Khadija El Misiah, Widad Ben Moussa et Abdeslam Elsbibi (Maroc).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *