Oriental : Consolider la coopération entre l’Unicef et le ministère de l’éducation nationale

Oriental : Consolider la coopération entre l’Unicef et le ministère de l’éducation nationale

Dans le cadre de la coopération entre le ministère de l’éducation nationale et l’Unicef et en application des orientations contenues dans le programme d’urgence EMP12 qui vise la promotion de la vie scolaire, deux journées de formation ont été programmées au début de cette semaine pour l’élaboration de grilles qualité. Une démarche pour mobiliser l’ensemble des partenaires de l’école en vue d’élaborer un projet d’établissement participatif. Ainsi, quatre approches complémentaires ont été abordées pour promouvoir un enseignement efficient et de surcroît contribuer à l’amélioration de la qualité de l’enseignement. C’est ce que pensent les élèves de leur propre enseignement et comment ils peuvent s’impliquer pour lui assurer la pertinence requise? De leur côté, les enseignants ont eu droit à un regard externe, en plus de leur implication directe, dans l’amélioration de la qualité des apprentissages et la gestion de l’école. Les troisièmes concernés sont les cadres administratifs avec ce qu’ils peuvent ajouter en termes d’amélioration du volet administratif, alors que la quatrième catégorie d’intervenants concerne les partenaires de l’école, à l’instar des associations des parents d’élèves et les ONG œuvrant dans l’éducation, les élus et les autorités locales. L’ensemble de ces intervenants ont opéré à partir d’une même grille pour diagnostiquer l’état des lieux de l’école. La finalité étant d’élaborer un projet d’établissement fédérateur canalisant l’ensemble de ces propositions en vue de décortiquer les points faibles de l’école. Et aussi pour spécifier la graduation des priorités de mise à niveau et les résultats à escompter. «Notre objectif est de promouvoir la qualité des apprentissages et non pas d’opérer de manière globale. Cela passe d’abord par la spécification des attentes prioritaires. Ce qui revient à promouvoir la qualité des apprentissages à travers la promotion du rendement scolaire», a expliqué Faouzi Qsiyer, coordinateur du programme Unicef/Aref Oriental. En somme, rendre l’école plus attractive pour ses élèves présuppose une formation continue adéquate des enseignants, une bonne intervention des partenaires de l’école et sa bonne gestion sur les plans administratif, pédagogique et financier. Et c’est à quoi s’attelle la coopération entre le ministère de l’éducation nationale et l’Unicef en adéquation avec le programme des Nations Unies pour l’Oriental (UNDAF). Une coopération 2012/2016 qui couvre plusieurs bassins scolaires au niveau des délégations de Figuig, Jérada, Taourirt, Berkane, Driouch, Nador et Oujda et qui se prépare à entamer sa deuxième phase, dont le lancement officiel se fera à Jérada début février 2012, précise-t-on auprès de la coordination de cette coopération. Elle sera sous forme d’appui technique et pédagogique pour former un pôle d’experts et de compétences locaux pour accompagner les besoins immédiats de l’école avec gestion axée sur les résultats. En filigrane, c’est colmater les brèches provoquées par la déperdition et la violence scolaires.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *