Ouarzazate : Le barrage El Mansour Eddahbi en cours d’aménagement

Un projet d’une grande envergure est en cours à Ouarzazate en partenariat avec le   Haut commissariat aux eaux et forêts et la lutte contre la désertification et les conseils communaux, l’exécution est entamée depuis 2005 et s’achévera en 2014.
Il s’agit du projet d’aménagement intègre du bassin versant en amont du barrage El Mansour Eddahbi. Les efforts conjugués dans le cadre de ce projet visent  la gestion de la conservation des eaux et des sols afin de réduire l’érosion hydrique et l’envasement de la retenue du barrage El Mansour Eddahbi, ainsi la réhabilitation du couvert végétal et l’amélioration des potentialités fourragères et de la gestion de l’espace pastoral, ce projet d’aménagement ambitionne non seulement à la contribution à l’amélioration des revenus et de la qualité de la vie de la population locale par la création d’emplois et la protection des exploitations contre les effets des inondations mais aussi la protection du système oasien en aval du barrage.
Le bassin versant en amont du barrage El Mansour Eddahbi couvre une superficie de 1.500.000 hectares avec une population de 500. 000 habitants. La couverture végétale du bassin  versant est constituée en majorité (94 pc) de formations
steppiques peu couvrante. Le taux d’envasement annuel de la retenue du barrage, dont la capacité de stockage est de 530 millions de m3, est évalué à 4,7 millions de m3. «Le projet d’aménagement intègre du bassin versant en amont du barrage El Mansour Eddahbi se réalise antérieurement à travers la production de 500.000 plants forestiers par an, et le reboisement de protection qui s’étale à 3400 hectares, quant à l’ouverture des pistes, elles se sont étalées à 146 Km, plus la distribution de 470. 000 plants fruitiers», nous indique Es-Said Makkak, chef de service provincial des eaux et forêts de Ouarzazate. L’enveloppe budgétaire allouée à ce projet est de 108.000.000 DH,  via un programme d’actions et traitements d’envergure, à savoir l’étude d’aménagement du bassin versant (1.500.000 hectares), l’amélioration sylvo-pastorale (1500 hectares), reboisement de protection (3600 hectares), entretien des anciennes plantations (3750 hectares), correction des ravins (50.000 m3 de seuils), aménagement de points d’eau (10 U), productions de plants (4.800.000 U), les impacts environnementaux et socio-économiques attendus sont multiples. Outre la réduction de l’envasement du barrage, et la réhabilitation des écosystèmes forestiers et pastoraux, le projet va participer au désenclavement des populations riveraines  et la création 100 000 jours de travail par an.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *