Ouarzazate : Tomber de rideau sur le 1er festival du tapis ouazguiti

Ouarzazate : Tomber de rideau sur le 1er festival du tapis ouazguiti

Trois jours de découvertes, d’hommages à de grandes tisseurs des tapis qui représentent différentes coopératives de la zone de Taznakhte. Discipliné tout au long du festival, le public est venu nombreux. «C’est la première fois que notre municipalité abrite ce genre d’événements. On a vécu des moments de joie qui vont marquer la mémoire de Taznakhte, nous remercions les organisateurs pour leurs efforts», déclare une jeune lycéenne à ALM.
Le public a été impressionné par la diversité des exposants, coopératives, associations, venues pour présenter leurs tapis de différentes couleur. Au programme de ce festival figuraient aussi plusieurs activités culturelles, artistiques et sportives, en l’occurrence un semi-marathon,  une compétition de pétanque, des rencontres avec des tisseurs, des ateliers de teinture, qui ont mis en relief  les différentes étapes de la fabrication des tapis en général et le tapis ouazguiti en particulier.
Le moment fort de ce festival a été celui  de la sélection du meilleur tapis ouazguiti au sein de la place des fêtes.
Le tapis gagnant a surpris le public par sa beauté et son ancienneté. Il s’agit d’un tapis qui date de plusieurs décennies. «Ce tapis a été présent lors de la visite de feu Sa Majesté le Roi Hassan II à Taznakhte en 1968. Il est fabriqué par des produits naturels, sa laine authentique de la zone de Sirwa,c’est un héritage familial dont nous sommes fiers», souligne Lahcen, tisseur et gagnant  du prix du «meilleur tapis».
Le festival a été, également, marqué par une conférence sur «Les contraintes de la commercialisation du tapis Ouazguiti». Placée sous le thème du «Tapis ouazguiti au service du développement local»,  la conférence a été l’occasion pour les intervenants de dévoiler les handicaps de la commercialisation de cet héritage. Ils ont appelé à l’adoption d’une stratégie portant sur la promotion du tapis ouazguiti en vue de valoriser les produits locaux et artisanaux marocains.
Tout au long de ce mariage artistique qui s’inscrit dans le cadre d’une locomotive du développement local sur tous les volets, les visiteurs ont découvert la beauté et les secrets naturels du tapis ouazguiti, à travers un festival riche en activités, bien organisé malgré le petit budget de 100.000 DH mais grâce à la volonté du comité d’organisation.
Organisé avec en collaboration entre le projet de coopération bilatérale belgo-marocain et l’Espace multifonctionnel des femmes d’Ouarzazate(EMF), ce festival s’inscrit dans le cadre du programme «Printemps d’Ouarzazate» qui vise la diversification de l’animation touristique et culturelle au niveau de cette province à travers l’organisation de plusieurs événements valorisant la richesse et la diversité des potentialités dont recèle la zone.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *