Oued Eddahab-Lagouira : pour mieux accompagner le plan Maroc Vert

Oued Eddahab-Lagouira : pour mieux accompagner le plan
Maroc Vert

Pour la réussite du plan régional Maroc Vert, les efforts ne cessent d’être entrepris. Ainsi, les agriculteurs et les éleveurs de la région ont récemment bénéficié d’ateliers de formation afin de les faire doter des outils et des connaissances nécessaires. Ce qui leur permettra d’être en harmonie avec le plan Maroc Vert, qui promet un avenir meilleur pour les professionnels du secteur de l’agriculture de la région. Ce plan prévoit dix-sept projets dotés d’un investissement global de 712 millions de dirhams. Il repose sur plusieurs axes visant, entre autres, à faire de l’agriculture le principal moteur de croissance de l’économie nationale sur les 15 prochaines années et à rompre avec la vision traditionnelle opposant agriculture moderne et agriculture à caractère social. Les superficies agricoles destinées aux cultures sous serre dans la région de Oued Eddahab-Lagouira ont connu au cours des dernières années une extension notoire, passant de 70 hectares en 2001 à plus de 450 ha fin 2009. Selon des statistiques fournies par la direction provinciale de l’agriculture (DPA) à Dakhla, la production globale de primeurs est constituée essentiellement de tomates (20,5 mille tonnes par an) de melons (12,5 mille tonnes) et de concombres (2.000).
Le plan agricole de la région Oued Eddahab-Lagouira prévoit l’extension des superficies consacrées aux cultures de primeurs pour atteindre 1.000 ha à l’horizon 2020 et l’augmentation de la production de ces cultures qui devrait passer de 36.000 tonnes (prévues pour fin 2009) à 76.000 tonnes en 2013 et à 116.000 tonnes en 2020. Ces superficies agricoles sous serres servant essentiellement à la production de fruits et légumes, se répartissent sur sept grands périmètres équipés de systèmes hydro-agricoles développés, ce qui permet des productions hors sol de grande qualité et contribue, en conséquence, au développement du rendement à l’hectare.
La région de Oued Eddahab-Lagouira, où l’agriculture se réduisait à de simples activités pastorales, peut se targuer aujourd’hui d’une production agricole à grande valeur ajoutée et d’une culture de primeurs qui s’érige en expérience pionnière sur l’étendue des provinces du Sud, induite par le flux des investisseurs privés, qui sont de plus en plus nombreux à s’implanter dans la région.
Le nombre de personnes qui travaillent dans le secteur agricole dans la région devrait tripler à l’horizon 2020, selon les prévisions du plan agricole régional.
La région de Oued Eddahab-Lagouira compte deux unités territoriales agricoles, la première se situe au niveau de la zone côtière et dédiée aux cultures intenses et à forte valeur ajoutée (cultures des primeurs). Cette zone, qui s’étend sur une bande littorale longue de 100 km et large de 30 km, se caractérise par un climat doux tout au long de l’année et de ressources hydriques importantes. La deuxième zone, relative aux pâturages (12.900.000 ha), englobe l’arrière-pays et des terres arides et semi-arides, propices aux activités d’élevage (diversité du couvert végétal, cheptel important :18.000 têtes camelines, 32.000 têtes ovines et 25.000 têtes caprines.).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *