Oujda : Campagne de généralisation des lampes LBC

Oujda : Campagne de généralisation des lampes LBC

Depuis lundi 14 juillet la direction régionale de l’Office national de l’électricité a entamé sa campagne de sensibilisation à l’opération «Inara». Une campagne d’envergure visant à couvrir l’ensemble des centres urbains et ruraux de l’Oriental.  440 000 foyers, allant de la localité de Boudinar, province de Nador, jusqu’à Talsint, province de Figuig, bénéficieront d’une aide technique pour se mettre à l’heure des lampes LBC. Un plan d’action nationale qui vise à consolider la généralisation des lampes à basse consommation tout en sensibilisant à l’importance écologique de la lumière produite par ce type de lampes.
C’est une opération qui ambitionne de maîtriser la demande en énergie et de la rationaliser dans un contexte national marqué par une forte demande en électricité et caractérisé par l’envolée des prix des combustibles qui ont par conséquent fait flamber les quittances de fin de mois, a rapporté Ahmed Allaoui, directeur régional lors du lancement de l’opération à Madagh.
Il est à signaler par ailleurs que le déploiement des cette opération s’est fait à partir de la localité de Madagh (site pilote se trouvant à une vingtaine de kilomètres de Berkane), en présence de Ahmed Kadiri Boutchich, gouverneur de la province de Berkane, des présidents des communes, du directeur régional de l’ONE, des autorités locales et de plusieurs bénéficiaires et instelecs. C’est à partir de cette localité que l’ONE Oriental a lancé son offre «Inara» par l’installation de 10 500 lampes LBC en remplacement des lampes à incandescence. Ainsi 6080 foyers sont déjà couverts, ce qui représente plus de 60% des maisons dépendant de la succursale de Madagh.
Selon des études réalisées sur les lampes classiques, il s’avère q u’une ampoule à filament de 75 W. ne transforme que 15% de l’électricité qu’elle consomme en lumière. Les 85% restants disparaissent en chaleur et provoquent un gaspillage nuisible à l’environnement et aux bourses. En clair ce sont des économies annuelles de l’ordre de 200 DH par lampe. Ceci dit, il y a des marques qui sont nuisibles pour la santé. Et c’est une autre campagne de sensibilisation que l’ONE doit mener.
Les lampes à basse consommation proposées par l’ONE répondent à une norme internationale en terme de qualité lumineuse, d’économie en électricité et de respect de l’environnement. Elles sont par ailleurs garanties pour une durée de deux ans, a rapporté Kacem El Haoui, de la direction régionale d’Oujda. Et d’ajouter «Ces lampes portent le sigle de l’ONE afin de les distinguer et les protéger contre la contrefaçon». L’abattement des dépenses générées par leurs installations ne dépassera guère quatre mois vu leur apport en économie électrique. Le client peut aussi opter pour des facturations d’un dirham par lampe sur une période de 24 mois. En somme, ce sont des lampes qui consomment, à éclairage égal, cinq fois moins que les lampes classiques et durent jusqu’à 15.000 heures, soit environ 15 fois plus que les lampes à incandescence. Lesdites lampes sont livrées par l’ONE et installées gratuitement par des instelecs (techniciens privés), agréés pour mettre en service ce type de lampes.  Selon l’expertise de l’ONE, ce projet générera l’écrêtement de la courbe de charge par effacement d’environ 200 MW à la pointe et une économie de 300 GWh par an, ce qui correspond à trois fois la consommation annuelle d’une ville comme Berkane.
À signaler que la généralisation à l’échelle nationale vient d’être lancée et s’étalera sur une période d’une année dans un objectif de remplacement de 5 millions de lampes à incandescence par des LBC à travers tout le Royaume.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *