Oujda : Célébration de la journée régionale du consommateur

Oujda : Célébration de la journée régionale du consommateur

En commémoration de la Journée internationale des droits du consommateur, célébrée chaque 15 mars, la délégation régionale du ministère de l’Industrie, du Commerce et des Nouvelles technologies d’Oujda, en collaboration avec l’Association de protection du consommateur de la région de l’Oriental, a organisé, vendredi 18 mars, au centre culturel municipal d’Oujda, la journée régionale du consommateur. Une journée de sensibilisation, présidée par Lahbib El Alami, secrétaire général de la préfecture d’Oujda-Angad, et qui s’est tenue sous le thème «La transparence, pour des relations équilibrées entre le consommateur et le fournisseur». Une opportunité pour les organisateurs d’appréhender les différentes dispositions de la loi 31-08 édictant les mesures de protection du consommateur. Les cinq exposés présentés ont passé au peigne fin les différentes mesures se rapportant à l’obligation générale d’information et à la stratégie nationale adoptée à cet égard. Au fait, les mécanismes d’application de la loi 31/08 s’articulent autour de trois priorités: le renforcement du cadre institutionnel à travers la création du Conseil supérieur de la consommation et du Centre marocain du consommateur, le soutien du mouvement consumériste et le développement des outils d’information et de sensibilisation des consommateurs. «Le plus important dans cette loi-cadre c’est qu’elle est plus préventive que curative», a déclaré à ALM Mohammed Safi, délégué régional du ministère. Et de préciser : «L’objectif étant d’éliminer tous les risques pour que le consommateur ne soit pas lésé dans ce qu’il souhaite acheter ou consommer à l’instar des crédits de consommation entre autres». Les différents intervenants ont aussi insisté sur l’importance d’instaurer une culture de responsabilité partagée. «Le consommateur doit être averti en effectuant ses actes d’achat. En se défendant de manière légale, le consommateur défend les produits de qualité et de surcroît la consolidation de l’économie nationale», a ajouté M. Safi. De son côté, Mounir Mehdi, président de l’Association du consommateur au niveau de la province de Nador, a expliqué que la nouvelle loi est intéressante mais pas suffisante : «La loi 31/08 comme règle juridique ne peut aboutir sans la sensibilisation et l’implication des instances protectrices du consommateur. Cela doit passer par des commissions spécialisées à l’instar de celle des clauses abusives». Au fait, le consommateur n’est pas dans la mesure de maîtriser notamment les cas de surendettement. D’où la nécessité de la création d’une commission de surendettement pour orienter et redresser ce type. Ceci dit, le conférencier a expliqué que la nouvelle loi est importante notamment pour ce qui est du droit de rétractation. Lorsque le citoyen pense que le produit acheté ou le service procuré ne répond pas à ses attentes, il est dans le droit de le remettre tout en veillant à le garder intact.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *