Oujda : Consolidation de la coopération universitaire belgo-marocaine

Oujda : Consolidation de la coopération universitaire belgo-marocaine

Dans le cadre du partenariat institutionnel entre l’Université Mohammed Ier d’Oujda (UMP) et la Commission universitaire pour le développement du conseil inter-universitaire de la communauté française de Belgique (CIUF-CUD), un colloque sous le thème «Quel impact au-delà de la sphère académique?» a été tenu à Oujda les 19 et 20 juin. Une  opportunité pour fixer les thématiques de coopération pour le quinquennat 2013-2018 et surtout pour dresser le bilan de dix ans de coopération P2 : 2003-2007 et P3 : 2008-2013. Une coopération qui a permis à l’UMP de bénéficier de 3,8 millions d’euros comme contribution de la CUD.
De même, 80 missions ont été effectuées du Nord vers le Sud et 125 du Sud vers le Nord. Et ce, en plus des 435 communications scientifiques, 236 publications, 110 activités d’enseignement, 221 mémoires et un nombre important de tables rondes et de journées d’étude, qui ont ponctué le quinquennat 2008-2012.
Il est à préciser que cette coopération s’inscrit en amont avec les grands chantiers de développement que connaît l’Oriental.
«C’est une coopération qui est bâtie sur des choix jugés prioritaires par notre université et répond aux exigences basées sur les retombées directes ou indirectes sur les milieux socio-économiques et culturels», a expliqué Abdelaziz Sadok, président de l’UMP. Et d’ajouter : «Nous travaillons sur des thématiques de développement qui interpellent toute la communauté scientifique, notamment l’agroalimentaire, les problématiques de la santé, la gouvernance universitaire, l’eau et l’environnement, l’interculturalité ainsi que les ressources humaines et tout ce qui touche la vie estudiantine». Au fait, la CUD a pour mission d’encourager des projets communs à des universités belges francophones et des universités des pays en développement. C’est un partenariat qui se fixe un ensemble d’objectifs à réaliser impliquant l’ensemble des partenaires. Dans cette optique, l’UMP propose la mise en place d’un hub de formation Sud-Sud qui interpellera l’ensemble des universités (13 pays) qui ont des coopérations avec la CUD et qui sera bâti au niveau de la technopole d’Oujda.
De son côté, Bertrand Losson, président de la CUD, a rappelé les difficultés politiques et budgétaires qui peuvent négativement impacter le montant global de cette coopération, mais a relaté avec satisfaction l’importance et la qualité des actions communes réalisées jusqu’à présent.
Le bilan d’activité 2008-2012 a été marqué par une grande quantité d’activités avec des thématiques qui collent à la réalité socio-économique de l’Oriental. Des activités adaptées aux attentes avec une volonté de redressement de la partie marocaine à l’économie régionale. Cela a permis à l’université d’Oujda d’occuper la troisième place au niveau de la recherche sur le plan national.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *