Oujda : Encourager les activités génératrices de revenus

Oujda : Encourager les activités génératrices de revenus

L’Espace de formation et de qualification du tissu associatif a abrité, samedi et dimanche derniers, le meeting annuel de la fondation Al Karama. Cette ONG à but non lucratif œuvre pour le développement économique et social. Elle est spécialisée dans le secteur du microcrédit. Durant deux jours de concertation, le programme 2009-2012 a été lancé et le bilan d’appui aux femmes pauvres, exerçant une activité génératrice de revenus, a été exposé. Un accompagnement financier qui se caractérise par l’octroi de crédits progressifs de 500 à 5000 DH avec un cycle de quatre, six ou huit mois. Le remboursement est bihebdomadaire. De son côté, le service technique a dressé un tableau exhaustif des réalisations en matière de formation et d’encadrement des bénéficiaires. «Notre souci est de partager les expériences pour une optimisation des microcrédits à visage social», a précisé Abdelmajid Elgasmi, président d’Al Karama. Et d’ajouter: «Le microcrédit n’est pas suffisant, à lui seul, pour répondre à toutes les attentes des personnes démunies. D’où la nécessité de promouvoir une culture de motivation, de prime et de reconnaissance. Les expériences réussies doivent servir d’exemple», a-t-il fait observer. C’est dans cette optique que s’inscrivent les «Oriental Awards» ayant pour objectif de récompenser les bonnes pratiques des associations, des agents de crédit et microentrepreneurs. Ainsi, six femmes ont été primées pour leurs réalisations. «On a traité les dossiers proposés à la sélection avec des critères relatifs au respect de la bonne gestion et gouvernance des associations, la tenue de comptabilité transparente et l’existence d’un tableau de bord pour spécifier les indicateurs propres à l’organisation du travail», a précisé Mohammed Benhafoune, président du comité de sélection des « Oriental Awards».
L’action de solidarité avec les populations démunies entamée par la fondation a couvert l’ensemble de l’Oriental et d’autres régions du Royaume. Elle compte actuellement plus de 18.000 porteurs de projets actifs, notamment des femmes. Elle dispose de fonds de l’ordre de 5,5 MDH. «Nous opérons de Figuig à Al Hoceima et d’Errachidia à Taza et à partir de cette année on est sur les axes Casablanca-Tanger – Beni Mellal et Agadir», a annoncé Mohammed Azizi, directeur exécutif de la fondation. Quant au plan d’action 2009-2012 de la fondation Al Karama, il s’articule autour de quatre grands projets visant à renforcer la dynamique de développement économique et social. Cela à travers la création d’une Caisse sociale de solidarité régionale, la mise en place de la plate-forme internationale FOCOM, le soutien à la création de complexes socio-éducatifs dans l’Oriental et la création de Dar Echark à Casablanca.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *