Oujda : Hommage aux donneurs de sang

Organisée conjointement par le Centre régional de transfusion sanguine et l’Association des donneurs de sang de l’Oriental, l’Institut de formation aux carrières de santé a abrité samedi 14 juin une journée d’étude pour évaluer et valoriser le bilan de dons de sang. Plusieurs communications ont été présentées pour mettre en exergue l’importance des projets de dons de sang lancés au niveau de l’Oriental. Il s’agit en fait du projet club 25 et du projet de parrainage des donneurs de sang. Deux opérations d’envergure pour assurer une régularité des dons et anticiper toute éventualité de pénurie.  Oujda est considérée comme la première ville aux niveaux national et maghrébin pour la qualité des services assurés, la collecte du sang et le taux de satisfaction. «On fait beaucoup de collecte et on a une autosuffisance en matière du sang sans dons de compensation», a confié à ALM docteur Mohammed Benajiba, responsable du Centre régional de transfusion sanguine.
L’Oriental se distingue aussi par la prédominance des donneurs volontaires qui sont de l’ordre de 100%, dont 24 % de donneurs réguliers. Ils ont assuré 14 685 dons en 2007. Le premier chiffre au niveau national avec un taux de participation féminine de 44 % (pour une moyenne nationale de 24,7%). C’est une contribution de 2,4 % par rapport à l’ensemble de la population.
Toutes les demandes de produits sanguins labiles ont été satisfaites. L’exemple de la malade hospitalisée au service de médecine interne et qui a consommé 300 sachets de sang durant deux mois montre l’importance d’un simple geste de la part du donneur mais qui est d’une importance capitale pour le malade. Des bénévoles comme Zahra Rachid qui a pulvérisé le record de cent donations. De leurs côtés, Lakhdar Bouali et Mohammed Mestiri ont dépassé 80 dons chacun. Ils sont devenus de vrais exemples d’altruisme dévoués au service des malades. C’est d’ailleurs pour cela qu’un vibrant hommage a été rendu à l’ensemble des donneurs.
Le projet de parrain sanguin qui vient d’être lancé à Oujda est une première mondiale vu son efficacité et le peu de moyens matériels qu’il demande. Les donneurs réguliers vont sensibiliser de nouveaux donneurs pour qu’ils assument par la suite la même tâche dans une sorte de contrat moral renouvelable tacitement. Les donneurs de sang sont les plus efficaces à transmettre ce type de message et pour encourager les personnes résistantes à s’engager dans cet élan solidaire à l’égard de ceux qui en ont besoin.
C’est un projet qui consiste à assurer au centre de transfusion un flux de donneurs de sang qui est permanent, durable et efficace. Un projet qui a pour finalité de rationaliser et de capitaliser le don du sang. La pertinence du projet assure une consultation régulière au donneur. Il permet aussi de stimuler la moelle osseuse et d’augmenter ses performances. Le taux de sang permet aussi de secréter l’ erythropoitine, une hormone efficace sur le plan de performance musculaire, a détaillé Nabiha Trougouti lors de son exposé à l’occasion de cette journée.  Les demandes en matière sanguine connaissent, au niveau de l’Oriental, une augmentation régulière en raison de l’amélioration des structures hospitalières visant l’optimisation de la prise en charge du malade. Un appui en amont de sensibilisation pivoté par un planning de collectes mobiles avec identification des besoins en matière de dons de sang. «Nous avons opté cette année pour la mise en place d’un certain nombre de projets ayant pour but l’amélioration des indicateurs de promotion de dons de sang», a ajouté docteur Mohammed Benajiba.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *