Oujda : Le partenariat universitaire belgo-marocain se consolide

Oujda : Le partenariat universitaire belgo-marocain se consolide

L’Université Mohammed Premier d’Oujda et les neuf universités francophones de Belgique viennent d’approuver leur plan quinquennal de coopération pour la période 2008-2012. Un plan, qui vise à affermir un partenariat entamé par le Programme de coopération P2 allant de 2004 à 2008. La précédente collaboration a nécessité un budget de 2,08 millions d’euros alors que celle-ci est de 1,5 million d’euros. Elle concernera la recherche scientifique et le développement dans les domaines de l’agroalimentaire et de la santé, la lutte contre la désertification, les énergies renouvelables, la gestion du littoral, l’étude des risques naturelles ainsi que la mise en pratique d’une interface destinée à mieux faire connaître l’Université pour d’éventuels partenariats locaux et internationaux. A ces cinq activités s’est ajoutée une sixième transversale, qui couvre l’ensemble des coopérations institutionnelles reliant la Belgique à ses différents partenaires universitaires à travers le monde. Cet axe est relatif aux ressources documentaires et porte aussi sur la création de la branche médecine et pharmacie dès l’ouverture de la Faculté de médecine et de pharmacie à la prochaine rentrée universitaire. Intervenant lors de la cérémonie de clôture, tenue jeudi, le Pr. Ramdane Badi, coordonnateur marocain de la Commission universitaire pour le développement, a indiqué que le CUD a approuvé la reconduction de ce partenariat de 2008 à 2012 vu les encourageants résultats des précédents partenariats. Il a souligné que les actions à venir renforceront le staff du CUDRO par leur implication dans l’encadrement stratégique et juridique des porteurs de projets. Il se chargera aussi de l’amélioration des bases de données disponibles pour renforcer la recherche appliquée.
Le nouveau programme (P3) 2008-2012 tend à consolider le rôle de l’Université comme moteur de développement de la région de l’Oriental. Un programme sous forme de cycles de projets qui se déclinent en plusieurs phases. Une phase de programmation réalisée en partenariat entre les différentes universités francophones belges, suivie d’une phase d’identification des différents besoins afin de développer des programmes structurants proposant un montage financier adéquat. Expliquant les critères de ces choix, le Pr. Broche Christian, coordinateur des Universités francophones belges, a rappelé que la stratégie de l’Université Mohammed Ier vise à concrétiser les politiques de développement régional national et traduit la volonté de l’ensemble des partenaires afin que l’université réussisse son ouverture sur son milieu socio-économique. 
De son côté, le Pr. Thonart, du service de technologie microbienne de l’Université de liège, a déclaré à ALM : «On est ici pour travailler sur les résultats des recherches de l’Université d’Oujda et faire en sorte que le monde socio-économique parvienne à utiliser de manière plus efficace les résultats des recherches par l’intermédiaire d’une interface organisationnelle».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *