Oujda : mise en place d’un cadre de coopération internationale

Oujda : mise en place d’un cadre de coopération internationale

Dans le but de rationaliser la lutte contre la pauvreté et l’exclusion et de conforter les processus de décentralisation et de bonne gouvernance, le siège de la commune d’Oujda a abrité, mercredi 16 juin, une réunion d’appel d’offres à projets pour initier un ensemble d’actions à visée socio-économique et solidaire. Un travail en commun regroupant les régions de Champagne-Ardenne, l’Oriental, de Tombouctou (Mali), la commune urbaine d’Oujda, l’Agence de développement communal de la ville de Saint-Louis (Sénégal), le conseil provincial de Figuig, la Société marocaine d’ingénierie, le Cercle de Bandiagara, l’OFPPT et l’ARCOD. Le premier volet de cette coopération concerne la mobilisation des acteurs qui se chargeront du montage de ces projets. Il concernera aussi l’organisation de séminaires thématiques pour consolider la participation citoyenne et augmenter la capacité de prendre en main l’amélioration des conditions de vie des populations cibles. Le deuxième volet stipule l’accompagnement des programmes locaux concernant l’action sociale, l’économie solidaire et l’amélioration des conditions de vie des porteurs de projets. Alors que le troisième volet concerne l’expérimentation du dispositif innovant par la création de coopératives agricoles et la mise en place de points d’appui structuraux à la filière du tourisme responsable et solidaire. Intervenant à cette occasion, Fatiha Saher, présidente de la commission sociale et sportive au conseil municipal d’Oujda, a précisé que le but de cette réunion est de collecter les projets sociaux et de créer un comité technique pour le suivi des projets au niveau des plates-formes de l’INDH et des associations qui bénéficieront de cette coopération. Elle a aussi mis l’accent sur l’importance de réussir les programmes à visée sociale dans le cadre d’une bonne gouvernance et la facilitation de l’accès aux services sociaux de base. De son côté, Christine Masson, chargée de mission et représentante des services des relations internationales à la mairie de Lille, a expliqué que «ce partenariat Nord-Sud ambitionne de contribuer à l’amélioration des conditions de vie des habitants les plus défavorisés socialement en milieux urbains dans une démarche de développement durable et d’atténuation de la pression de l’exode rural». Et d’ajouter: «C’est un programme qui cible aussi le renforcement des capacités des populations tout en les aidant à s’autonomiser et à s’intégrer socio-professionnellement grâce au renforcement de leurs capacités de bonne gouvernance». Quant à Mohammed Zaoui, délégué général de l’ARCOD, il a déclaré à ALM que l’ensemble des actions qui seront menées dans le cadre de la dynamique de développement que connaît l’Oriental ciblent essentiellement les secteurs où cette coopération se fait de plus en plus sentir. C’est le cas pour le renforcement des capacités des acteurs sociaux, la promotion des activités génératrices de revenus et de la gouvernance citoyenne. «La spécificité de cette coopération réside aussi dans le fait qu’elle vient à point nommé pour canaliser toutes les coopérations européennes œuvrant dans l’Oriental».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *