Oujda : Redynamiser l’identité visuelle des places publiques

L’aménagement urbain passe aussi par la mise à niveau des jardins et des places publiques pour les transformer en espaces de détente et de convivialité. Oujda, à l’instar des grandes métropoles, dispose d’une trentaine de ces places et de quatre parcs. Les uns en bon état, d’autres attendent de beaux jours. Mais depuis que la ville s’est dotée d’une feuille de route urbaine, grâce  au  discours royal  du 18 mars 2003,  plusieurs espaces ont subi des travaux de lifting pour améliorer leur qualité de vie. D’abord c’était le parc de Lalla Aicha qui a subi des travaux au niveau de son  couvert végétal, du pavage des allées et de l’enrichissement des plantations pour un coût de 5,5 millions DH. De son côté le parc musée Lalla Meriem fut complètement relooké  pour  9 millions DH. Alors que le parc récréatif de Sidi Maâfa a aussi subi des embellissements au niveau des pistes existantes, du sentier pédestre, d’aires de repos, du parking, ainsi que  la construction d’une porte urbaine et d’un mur de clôture pour une somme de 4 MDH.
Pour ce qui est des places publiques, quatre d’entre elles ont étés transformées en espace d’accueil cohérent et attractif. Il s’agit des places de Bab El Gharbi, 16 Août, 9 Juillet et du Maghreb arabe. Les travaux sont en phase de parachèvement pour ce qui est de la place de Jeddah.
Ce qui frappait à Oujda c’est que toutes ces espaces communs avaient perdu leurs vocations de places et ont été transformés en jardins emmurés, rapporte Mohammed Merzougui, un ancien Oujdi.  C’est le cas pour les places du 16 Août, 9 Juillet. Or la fonction d’une place est différente de celle d’un jardin. D’où la nécessité de restituer cette fonction de détente temporaire au lieu qu’elle soit considérée comme refuge cloisonné. Par ailleurs, l’élargissement de la ville nouvelle s’est fait  selon une axialité qui s’articule autour de certaines ouvertures spatiales  sous formes de places latérales, renchérit Mohammed Hemdaoui, un professeur  d’Histoire, pour souligner l’importance  de la mise à niveau de ces places.
Dans ce schéma, la place de Jeddah est le cœur de cet aménagement vu  sa charge historique et  son emplacement stratégique qui la  positionne par rapport à deux pôles urbains importants :  le bel ouvrage latéral du trésor et l’édifice de la poste qui est un ouvrage d’art décoratif  magnifique. En parallèle avec la poste le bâtiment de la Cour d’appel assure l’équilibre convoité du patrimoine urbanistique de la ville. Ces trois  bâtiments confèrent à la place toute sa charge émotionnelle  pour les Oujdis. Cette place est en phase de restructuration et  connaîtra des transformations au niveau de la façade du palais de justice qui sera dotée de murs et l’édification d’une fontaine musicale à jets d’eau et de lumières. De son côté, la place du 16 Août ; une place qui célèbre l’événement qui porte son nom, est une place tampon entre   la nouvelle et l’ancienne médina. Par contre la place du 9 Juillet  avec un arrière fond d’entente religieuse (une église qui côtoie une mosquée)   est à considérer comme  esplanade aménagée  pour abriter  des événements d’animation majeure. Quant à la place du Maghreb arabe, elle constitue l’anneau majeur d’une valorisation à sens commercial de la médina.
L’ensemble de ces réalisations a nécessité un investissement de  45 MDH : 15 MDH pour la place de Jeddah, 9 MDH pour celle du 9 Juillet, 7 MDH pour la place Maghreb arabe  5 MDH pour l’esplanade de Bab El Gharbi et 9 MDH pour la place du 16 Août.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *