Oujda : Un nouveau centre d’accueil pour handicapés

La ville d’Oujda vient tout juste de se doter d’un nouveau centre d’accueil pour handicapés mentaux légers. Le centre psycho-éducatif Safae est bâti sur une superficie de plus de 3000 m2 et a nécessité un budget global de 5,2 millions DH. Il est constitué de dix salles de cours, de deux ateliers, d’un espace de sport, d’un grand réfectoire avec des espaces de cinéma, de théâtre, de dessin, une bibliothèque, une salle d’informatique, une salle de psychomotricité et un service sanitaire spécifique. Cette structure de prise en charge psycho éducatif a vu le jour grâce à l’initiative de l’association Safae. «L’objectif préconisé par notre association est de dispenser une formation scolaire et professionnelle à une centaine d’enfants et adolescents présentant des déficiences mentales dans un environnement favorisant un certain degré d’autonomie de vie», explique la présidente de l’association Safae, Dr Samiya Kaouachi. L’association Safae pour handicapés mentaux a été créée le 17 mai 2002 dans le but de favoriser l’intégration sociale et professionnelle des personnes souffrant d’handicaps mentaux, grâce à l’intervention de spécialistes en orthophonie, psychologie, théâtre, musique, sociologie et psychiatrie.
Les résultats réconfortent les parents. «Mon enfant commence à avoir des repères et à se calmer. Et vu la progression ascendante du travail réalisé, je pense que le rendement sera meilleur dans ce nouveau centre qui vient à point nommé pour résoudre le problème du manque d’espace observé dans l’ancien centre», a indiqué Mohamed Tahiri, père d’un enfant inscrit au centre.
Le centre propose des accompagnements adaptés favorisant l’insertion sociale et professionnelle. Des encadreurs formés par l’association, en étroite collaboration avec des partenaires de l’éducation nationale, travaillent pour assurer une intégration de ces enfants dans le système éducatif public. Une intégration qui se fait progressivement. «Les bénéficiaires auront aussi la possibilité de suivre une fois par semaine leurs cours dans les écoles publiques. Puis on passera à une demi-journée, puis une journée entière avant d’intégrer définitivement ces écoles. Une intégration qui prendra en considération la capacité de ces handicapés à suivre de manière acceptable le rythme scolaire», explique docteur Kaouachi.
Dans ce centre spécialisé, le théâtre est utilisé comme outil pédagogique pour aider ces enfants à s’exprimer et à avoir confiance en eux. D’ailleurs ces enfants se sont distingués lors de leurs prestations à Marrakech et à Rabat dans le cadre des journées artistiques pour handicapés. Le sport comme exercice de défoulement et de maîtrise de ses gestes occupe aussi une place de choix dans l’approche préconisée pour l’apprentissage de ces enfants. Un groupe de sept enfants est déjà inscrit au club équestre et participe à des compétitions nationales alors que d’autres s’exercent dans la salle omnisport réalisée par la fondation Mohammed V.  Le nouveau centre dispensera aussi des activités d’insertion professionnelle par le biais d’une boulangerie pâtisserie et d’ateliers d’emballage en partenariat avec les nouveaux centres commerciaux d’Oujda. Une action qui vise à favoriser l’évolution des parcours d’insertion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *