Oujda : Une campagne de protection du littoral

En partenariat avec le ministère de l’Aménagement du territoire, de l’Eau et de l’Environnement, la province de Berkane, la Tour du Valat et la CEE, dans le cadre du projet SMAP III, l’Ecolo plate-forme du Maroc du Nord, a organisé, du 11 au 13 août, des journées de sensibilisation. Premier objectif : la protection de l’environnement à Saïdia sous le slogan : « Notre littoral est fragile, protégeons-le ! ». A cette initiative, ont participé une dizaine d’associations environnementales de la région de l’Oriental, l’association espagnole «Asamblea de Cooperaciôn Por la Paz» et une centaine de bénévoles, notamment des enfants pour insister sur le fait que l’avenir est menacé par des actions irréfléchies.
«Le littoral est sensible et mérite d’être protégé contre toutes les formes de nuisance. Pour atteindre ces objectifs, il faut recourir à des pratiques faisant appel, en particulier, à des procédés novateurs de lutte contre la surexploitation de la côte», a confié à ALM Mohammed Benata, président de l’Espace de solidarité et de coopération de l’Oriental. Et d’ajouter qu’il faut aussi développer des techniques de  nettoyage, d’entretien et de protection de nos plages tout en étant attentif à la qualité de l’environnement à travers le maintien de la biodiversité des dunes.
Ces actions de sensibilisation ont concerné des opérations de nettoyage sur des parties précises de la plage et  de la forêt avoisinante, allant de  Sogatour à Caracasse. Elles ont été marquées par une simulation d’une scène sur la plage, de déforestation et de bétonnage du littoral animée par une équipe des jeunes de l’association Homme et Environnement Berkane, en plus de la présentation d’une  pièce théâtrale «Ard bla taïr, Ard bla kheir» du club théâtral de l’Association de protection des cigognes blanches de  Berkane.
La seconde journée a donné lieu à des actions de sensibilisation sur la plage, avec comme thématique : «L’eau : une ressource épuisable» avec les enfants de l’association Chems d’Ahfir.  Au menu, a figuré également une action de sensibilisation sur les problèmes de l’immigration clandestine par le recours aux pateras, organisée par l’association espagnole ACPP.  En parallèle avec ces activités, un stand ambulant pour la projection de films documentaires concernant la protection de l’environnement, tout en focalisant sur la protection de la plage de Saïdia a connu un vif intérêt notamment par les enfants de colonies. À signaler que le lundi 13 août a été réservé à la sensibilisation pour la protection du site de l’embouchure de la Moulouya. «Je participe à cette action pour, d’abord, nettoyer un espace souvent menacé par des estivants imprévoyants qui jettent n’importe quoi n’importe où, sans se soucier des dangers que cela représente pour la nature et pour la quiétude des baigneurs», explique avec conviction Kamélia Miri qui participe à la campagne de nettoyage de la plage.
De son côté, Najib Bachiri de l’Association  « Hommes et environnement», place l’action dans son contexte économique et précise que les associations, qui sensibilisent les citoyens à la protection du littoral méditerranéen contre les actes imprudents, ne sont pas contre le développement touristique du littoral nord de notre pays. Et de préciser :  «Il faut seulement que ce développement soit rationnel et dure dans le temps et dans l’espace. Une stratégie globale à visée lointaine est le souhait de tous les citoyens. Et c’est ce que nous essayons de rappeler à tout un chacun.
Le littoral est un obstacle naturel qui nous protège contre la montée du niveau des eaux, surtout en cette phase connue par ses changements climatiques qui ne cessent de faire des dégâts dans plusieurs régions du monde».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *