Port de Dakhla : L’avancement des travaux de l’extension atteint 40%

Port de Dakhla : L’avancement des travaux de l’extension
atteint 40%

Le secteur de la pêche maritime constitue un pilier du développement socio-économique de la province et de la région de Oued Eddahab-Lagouira, eu égard à l’importante richesse halieutique dont regorge cette région, le port de Dakhla joue le rôle de locomotive régionale. Et pour en assurer une meilleure exploitation, ce port connaît la réalisation des travaux d’extension depuis août 2010 en vue de le doter de nouvelles infrastructures lui permettant de traiter un trafic global de plus de 1 million de tonnes par an, dont 760.000 tonnes de pélagiques, outre les hydrocarbures et le poisson congelé et dont le taux d’avancement des travaux a atteint 40%.
Ce trafic ouvrira de nouvelles perspectives d’investissement pour la valorisation du produit de pêche, à travers notamment la transformation de ces produits, contribuant ainsi à la création de nouveaux emplois. Ce chantier s’inscrit dans le cadre d’un programme de développement portuaire des provinces du Sud, et dont le coût d’investissement s’élève à près de 360 millions de dirhams (MDH). Les travaux d’extension portent sur la réalisation de deux quais, le dragage de la zone de manœuvre et du chenal d’accès au bassin intérieur du port et la réalisation de cavaliers de protection des terre-pleins. Ces travaux devraient s’achever au cours de l’été 2012. Ce port contribue au développement local, puisqu’il assure plus de 1.000 emplois directs et 10.000 indirects. Les escales au port de Dakhla réduisent de 3 à 4 jours le temps de navigation des unités de pêche hauturière, infléchissant ainsi leur coût d’exploitation, ce qui améliorera leur productivité ainsi que son rôle de station de débarquement du poisson de transit, notamment en provenance de la Mauritanie. Et il est l’un des plus importants ports à l’échelle nationale en termes de quantités débarquées par les navires de pêche côtière et artisanale et de valeur des débarquements de la pêche hauturière, ainsi qu’au niveau de l’entretien et de réparation des navires. Cette nouvelle configuration du port permettra de doter la région de Oued Eddahab-Lagouira d’une infrastructure portuaire en mesure de répondre aux besoins de développement de l’activité halieutique dans la région et de contribuer au renforcement de la dynamique économique et sociale que connaissent les provinces du Sud.
Rappelons que la région d’Oued Eddahab-Lagouira dispose d’un port, 6 sites de débarquement de pêche artisanale, 7 halles aux poissons, 6 fermes aquacoles, 85 unités de traitement de produits de la mer, un centre de qualification professionnelle maritime et un centre de recherche halieutique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *