Pour un désenclavement de la région du Sud

Pour un désenclavement de la région du Sud

Plus que quelques mois et les travaux de construction de l’autoroute Marrakech-Agadir seront achevés. La réalisation de cette autoroute revêt une importance capitale, du fait qu’elle permettra le rattachement des régions du sud du Maroc au réseau national des autoroutes. D’une longueur de 233 km, cette nouvelle autoroute est divisée en sept sections. La première section a été ouverte en janvier 2009. Longue de 50 km, sa réalisation  a nécessité d’importants travaux et ouvrages, notamment : quatre échangeurs, deux ponts sur les oueds Nfis et Tensift, plusieurs ouvrages de rétablissement et d’assainissement, ainsi que la pose de glissières et de barrières bétonnées de sécurité. Cette section fait suite au chantier débuté en janvier 2006.
L’autoroute Marrakech-Agadir constitue le dernier maillon de la liaison Nord-Sud, défini par le schéma d’armature autoroutier national. Cet axe s’intègre aux grands axes structurants, Agadir-Marrakech-Casablanca-Rabat-Tanger, Europe et autoroute maghrébine.
Elle sera constituée de quatre aires de service, sept gares de péage sur échangeur et deux centres d’entretien. Le lancement officiel de l’autoroute Marrakech-Agadir permettra à notre pays de se doter d’un important réseau autoroutier en exploitation, qui atteindra à la fin 2010, 1095 km. La ville d’Agadir sera à moins d’une journée de Tanger et à deux heures seulement de Marrakech, grâce à cette autoroute. Cette dernière permettra non seulement un immense gain de temps, mais aussi un désenclavement de toute la région Sud. Elle assurera également une bonne fluidité de la circulation, dans de meilleures conditions, et qui est de 6000 véhicules par jour, dont 50% de poids lourds. Ce projet participera au renforcement des capacités de transports entre Marrakech et Agadir et à l’amélioration du niveau de vie des populations locales, par le développement des activités productives. Il contribuera également à la réduction des coûts d’exploitation des véhicules et à l’amélioration de la sécurité de transport routier entre Marrakech et Agadir. La réalisation de l’autoroute Marrakech Agadir nécessitera environ 61 millions de m³ de terrassement.
Une enveloppe de 8 milliards de dirhams a été réservée à la réalisation de cette importante autoroute. Sont intervenus dans le financement de ce projet, la Banque islamique de développement (BID), le Fonds arabe de développement économique et social (FADES), la Banque africaine de développement (BAD), le  Fonds koweïtien de développement économique arabe (FKDEA) et le Fonds japonais (JBIC). Rappelons qu’une convention avait été signée entre la Société des Autoroutes du Maroc (ADM) et le Fonds Hassan II pour le développement économique et social en juin 2004, pour la participation de ce dernier au financement de l’autoroute Marrakech-Agadir. Une participation sous forme d’une recapitalisation d’ADM à hauteur de 1,5 million de dirhams en trois tranches, ayant été versées entre 2005 et 2007. Différentes entreprises travaillent sur le grand chantier de l’autoroute Marrakech-Agadir. Elles sont marocaines, portugaises, chinoises, turques et koweitiennes. Celles-ci relèvent le défi de terminer les travaux dans les délais fixés. Le développement et l’amélioration du réseau autoroutier national reste l’un des objectifs majeurs du Maroc. Le Royaume veut se doter d’un réseau autoroutier fiable qui puisse contribuer à la croissance de son économie émergente. 
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *