Présentation du plan Atlas des nouvelles zones urbaines

Cette rencontre, organisée au siège de la Chambre de commerce, d’industrie et des services d’Agadir (CCISA) et présidée par le maire de la ville, Tarek Kebbaj, en présence des différents représentants des institutions administratives de la ville œuvrant dans le domaine de l’urbanisme, a été l’occasion de débattre des différents problèmes liés à l’urbanisme dans la capitale du Souss.
Après une présentation générale du plan Atlas pour les zones ouvertes à l’urbanisation, la réunion s’est focalisée sur le volet consacré à la commune urbaine d’Agadir. Les participants ont ainsi saisi cette opportunité pour débattre des spécificités et besoins de la région, soulevant une multitude de problèmes notamment celui des «points vides», ces terrains inoccupés qui constituent un des problèmes majeurs auxquels la ville doit faire face. Le but escompté est de créer une meilleure attractivité et organisation urbanistique.
Les intervenants ont également évoqué l’expansion galopante que connaît la ville et qui nécessite la création de zones industrielles et préconisé la création dans la ville d’Agadir d’une zone artisanale qui garantirait l’épanouissement et le développement de ce secteur. Le plan Atlas des zones ouvertes à l’urbanisation revêt une grande importance et s’inscrit dans le cadre de l’initiative de SM le Roi Mohammed VI, lancée dans le but de rationaliser la gestion urbaine et la maîtrise de la croissance urbaine. Dans son discours à l’occasion de la rencontre nationale sur les collectivités locales le 12 décembre 2006 à Agadir, rappelle-t-on, SM le Roi Mohammed VI avait notamment souligné la nécessité d’«ériger nos cités en espaces propices à la vie en bonne intelligence, dans la convivialité et la dignité, et en faire des pôles d’investissement et de production, et des agglomérations attachées à leur spécificité et l’originalité de leur cachet».
Dotée d’un grand potentiel économique, la ville d’Agadir fait face actuellement à une expansion à la fois résidentielle et immobilière. De 1630 en 2003, les petits projets urbanistiques sont passés à 2196 en 2005. De même, près de 220 grands projets d’investissements immobiliers sont autorisés chaque année. Cette croissance atteste de la grande demande en matière de nouveaux espaces à urbaniser. Ainsi, le plan d’aménagement prévoit deux espaces urbanisables à Agadir. La superficie totale des zones ouvertes à l’urbanisation s’élève à 220 hectares. La première zone urbanisable est d’une superficie de 168 Ha, alors que la deuxième zone a une superficie de 52 Ha et ses terrains englobent divers statuts fonciers (domanial, privé, ERAC-sud). Dans le même cadre, d’autres espaces seront aménagés à Ait Amira ,Biougra, Sidi Ifni et Mirleft. Ces espaces auront des zones réservées à l’habitat économique, ainsi que des zones touristiques et industrielles.

Ressources

Agence urbaine d’Agadir
www.aua.gov.ma

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *